[Mois Litté] Nouvelles gratuites des Indés de l’Imaginaire : sorties 2018

   Depuis 2017, les Indés de l’Imaginaire, et en particulier Actusf, proposent de découvrir gratuitement des univers de leur catalogue au travers de nouvelles. C’est une bonne occasion de se faire une idée sur l’univers ou la plume des différents auteurs avant de se laisser tenter par leurs romans.

   Le mois dernier, je vous avais fait découvrir les sorties de 2017, Pour ce mois litté, je vous présente les nouvelles sorties en 2018 : Chapeau melon et Homme en noir d’Olivier Gechter, Fichu Chaudron d’Elisabeth Ebory, Le gnome qui voulut être fée d’Audrey Alwett, Une collection d’ennuis d’Alex Evans.

   A noter que je n’ai pas lu les romans qui y sont associés (exceptés celui d’Alex Evans), j’ai donc lu ces nouvelles dans une optique de découverte pour vérifier si elles remplissaient leur rôle, à savoir mener le lecteur vers le roman en question. Alors, est-ce que je vais me laisser tenter ? 😉

Séparateur 4

 

  • Titre : Chapeau melon et Homme en noir9782354086602_1_75
  • Auteur/Autrice : Olivier Gechter
  • Illustrateur/Illustratrice : Géraud Soulier
  • Édition : Mnémos
  • Collection : Univers
  • Genre : Steampunk, Uchronie
  • Public : Adulte
  • Cycle : Nouvelle de Le Baron Noir, année 1864
  • Pages : 14
  • Parution : Avril 2018
  • Langue : Français
  • Format : Numérique
  • Prix :  gratuite
  • ISBN : 978-2354086602
  • Lien : Mnémos : Le Baron Noir, année 1864

Résumé : Nouvelle dans le même univers que Le Baron Noir, année 1864 publié aux Éditions Mnémos, avril 2017. Le Baron noir est à la croisée des genres, entre récit d’espionnage et de super-héros dans une France uchronique et steampunk. Ajoutez-y une pincée de politique, un morceau d’explosif et un zeste de séduction dans une intrigue diablement efficace, et vous obtiendrez un délicieux moment de lecture plein d’aventures et de rebondissements ! 

MON AVIS

   Bien qu’assez courte, cette nouvelle m’a plu dans sa dynamique, avec l’alternance de points de vue des différents protagonistes qui permett de découvrir de nuit les quartiers de ce Paris uchronique. Le texte fait référence à plusieurs événements de l’intégrale, comme nous le précise les notes de bas de page. Cela n’est toutefois pas handicapant pour un nouveau lecteur, c’est plutôt anecdotique.

   La nouvelle ne suit pas le héros du roman, mais des personnages secondaires. Nous retrouvons en premier Albert, le majordome d’Antoine Lefort qui est le fameux Baron Noir du roman. L’homme profite de ce que son maître soit parti en voyage pour s’offrir une soirée mouvementée. Vient ensuite un florilège de malfrats qui semblent s’être confrontés plusieurs fois au Baron Noir et qui ont pas mal de choses à se reprocher. Chaque point de vue apporte suffisamment d’informations pour se faire une idée de la situation et recoller les morceaux. Même si l’intrigue est plutôt attendue, elle est bien menée et plaisante à lire.

   La plume est élégante et correspond à mon sens à cette Belle Epoque de métal et de vapeur qu’on aime conté dans le genre du steampunk. J’ai apprécié la fin qui semble rendre hommage aux personnages secondaires qui soutiennent sans gloire personnelle les héros. En effet, je ne sais pas pourquoi, Albert m’a fait penser à Alfred dans Batman. Personnellement, je ne serais pas contre lire l’intégrale.

Séparateur 4

 

  • Titre : Fichu Chaudron65335
  • Auteur/Autrice : Elisabeth Ebory
  • Illustrateur/Illustratrice : Lucie Mazel
  • Édition : Actusf
  • Collection : BadWolf
  • Genre : Fantasy
  • Public : Adulte
  • Cycle : Nouvelle de La fée, la pie et le printemps
  • Pages : 27
  • Parution : Avril 2018
  • Langue : Français
  • Format : Numérique
  • Prix :  gratuite
  • ISBN : 978-2366294637
  • Lien : Actusf : Fichu Chaudron

Résumé : Brigg a volé le chaudron en or du Dagda, l’esprit patron des druides. Mais malgré tous ses pouvoirs, la sorcière saura-t-elle en faire jaillir la seule chose qui l’intéresse : la vie elle-même ? Avec cette nouvelle, Élisabeth Ebory nous fait découvrir l’univers de son roman de fantasy La Fée, la pie et le printemps.

MON AVIS

   Il m’est difficile d’en parler car je n’ai pas été convaincue par cette nouvelle. Le style de l’autrice ne me parle pas vraiment. En effet, elle choisit un registre comique et s’adresse au lecteur, non pas comme un narrateur omniscient adorant digresser sur ses connaissances, mais plutôt comme un narrateur un peu fou-fou, ce qui donne une impression de foutoir. J’y perçois une forme de maîtrise derrière l’exercice, d’autant que l’autrice use de jolies figures de style, mais voilà, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé.

   L’intrigue en elle-même est un peu décousue. Nous suivons Brigg, une sorcière qui a volé le chaudron de Dagda pour d’obscures raisons. Raisons qui s’obscurcissent davantage alors qu’intervient un nouveau protagoniste nommé le Prince, aussi timbré que la protagoniste. Si la nouvelle donne finalement l’explication de l’acharnement de Brigg et qu’elle laisse entrevoir un univers rempli d’anciens dieux et de fées, j’avoue que ça ne m’a pas donné envie de lire le roman.

   Un conseil, lisez l’extrait du roman qui suit la nouvelle. Je l’ai trouvé plus abordable. Même si on retrouve la plume loufoque de l’autrice, elle me semble plus cadrée, moins à même de perdre le lecteur dès le début (même si on conserve un côté un peu fouillis). Mais même ainsi, personnellement, je ne me précipiterai pas sur le roman.

Séparateur 4

 

  • Titre : Le gnome qui voulut être fée65334
  • Auteur/Autrice : Audrey Alwett
  • Illustrateur/Illustratrice : Jean-Baptiste Andreae
  • Édition : Actusf
  • Collection : BadWolf
  • Genre : Fantasy
  • Public : Adulte
  • Cycle : Nouvelle de Les poisons de Katharz
  • Pages : 25
  • Parution : Avril 2018
  • Langue : Français
  • Format : Numérique
  • Prix :  gratuite
  • ISBN : 978-2366298970
  • Lien : Actusf : Le gnome qui voulut être fée

Résumé : Mignard est un gnome malheureux parmi les siens. Jusqu’au jour où il sauve la vie d’une fée. Et si Mignard n’était pas ce qu’il croyait être ? Et si les fées n’étaient pas aussi méchantes que son peuple le dit ? Mais attention : si parfois l’amour donne des ailes, tel épris qui croyait prendre… On retrouve l’humour (percutant) de l’univers des Poisons de Katharz dans cette nouvelle de Audrey Alwett.

MON AVIS

   Cette nouvelle est drôle et cruelle. Si j’avais bien senti dans la façon naïve du protagoniste de décrire son monde qu’il risquait bien d’en souffrir, j’avoue ne pas avoir anticipé la chute, délicieusement cynique. Ainsi nous retrouvons Mignard, gnome pas comme les autres, mauvais chasseur de champignon et bouc émissaire pour son entourage. Alors quand il sauve la vie d’une fée, ennemie héréditaire de sa race qui pourtant l’attire, il commence à se poser des questions.

   L’intrigue est bien menée, alternant les points de vue de Mignard et de Melissa la fée, nous montrant la frustration de chacun à subir les préjugés très ancrés de leur race. L’autrice s’amuse de la naïveté de ses personnages, encore plus de celle de ses lecteurs. Car oui, on oublie que parfois, les narrateurs ne sont pas vraiment fiables.

   J’apprécie ce type d’humour grinçant et pour tout dire, j’ai déjà le roman en version poche dans ma PAL. Pour couronner le tout, en lisant l’extrait présenté suite à la nouvelle, je me suis aperçue que j’avais déjà lu ce premier chapitre. Dans quelle circonstance, je ne sais plus, mais déjà alors, le ton m’avait bien plu. Ma chronique sur Les poisons de Katharz ne devrait donc pas tarder. 😉

Séparateur 4

 

  • Titre : Une collection d’ennuis65333
  • Auteur/Autrice : Alex Evans
  • Illustrateur/Illustratrice : Sébastien Caiveau
  • Édition : Actusf
  • Collection : Badwolf
  • Genre : Steampunk fantasy
  • Public : Adulte
  • Cycle : Nouvelle de Sorcières Associées
  • Pages : 34
  • Parution : Avril 2018
  • Langue : Français
  • Format : Numérique
  • Prix :  gratuite
  • ISBN : 978-2366294613
  • Lien : Actusf : Une collection d’ennuis

Résumé : Vif-argent, une antiquaire raffinée, s’apprête à mettre en vente une collection pour le moins inhabituelle. De plus, un élément du lot semble attirer la convoitise d’individus aussi divers que mal intentionnés. La jeune femme se retrouve obligée de protéger sa marchandise, tout en gérant les problèmes conjugaux de l’un de ses amis et les bourdes de son ado de fils. Heureusement, Vif-argent a plus d’un tour dans son sac…

(Re)Plongez dans l’univers de Sorcières associées d’Alex Evans avec cette héroïne qui ne collectionne pas que les antiquités !

MON AVIS

   Ayant déjà lu Sorcières Associés et sa suite, je dois dire que les éléments qui relient les deux textes sont plutôt indirects. Il n’est par exemple fait aucune mention de technologie mécanique qui rappelle l’ambiance steampunk et les noms donnés aux individus, aux divinités ou aux organisations ne s’apparentent pas vraiment à ceux du roman, ce qui laisse croire que l’action ne se déroule pas à Jarta. Néanmoins, nous retrouvons l’aspect magique, avec la mention d’artefacts enchantés ou d’entités à invoquer.

   L’histoire suit Vif-Argent, une antiquaire d’origine barbare selon ses dires, qui a en quelques années gagné en influence et su se doter d’un verni social de circonstance. On apprend beaucoup de choses sur elle, ce qui en fait un personnage sympathique à suivre pour un texte court. L’intrigue est intéressante et joue avec parcimonie sur la notion de magie, un peu comme dans Sorcières Associées. Ici, pas de loi karmique qui reprend ce que l’on a pris, mais des objets qu’il vaut mieux savoir manipuler avec précaution.

   Il y a peut-être un peu trop de dénominations en tout genre (que ce soit les innombrables cultes ou célébrités des temps anciens), ce qui pourra déplaire à certains lecteurs. J’ai dans l’idée que soit cette nouvelle ne participe pas vraiment au même univers, soit elle est une ébauche de ce que l’univers de Sorcières Associées était appelé à devenir (elle est sortie une première fois en 2016, avant le roman). La nouvelle est sympathique, suffisamment je pense pour donner envie d’en savoir davantage (mais avec du steampunk cette fois).

 

Séparateur 4

 

Un aperçu d’ailleurs sur

les nouvelles gratuites des Indés de 2018 ?

blog-2151307__340

N’hésitez pas à faire un tour sur les autres blogs de critiques littéraires pour vous faire un meilleur avis sur le sujet. 😉

Séparateur 4

 

haut de page

Publicités

2 réflexions sur “[Mois Litté] Nouvelles gratuites des Indés de l’Imaginaire : sorties 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s