[Chronique Littéraire] Horizons – T1 : Sombre balade, Lysiah Maro

   Aujourd’hui, je voulais vous faire découvrir une toute récente maison d’édition, Inceptio. Pour cela je vous propose une chronique sur le premier tome de Horizons : Sombre balade, un récit post-apo français de Lysiah Maro.

Séparateur 4

 

FICHE TECHNIQUE

 

  • Titre : Horizons – T1 : Sombre baladexcover-2662
  • Auteur/Autrice : Lysia Maro
  • Illustrateur/Illustratrice : Julien Lesne
  • Édition : Inceptio
  • Collection : /
  • Genre : Science-Fiction, Pos-Apo, Action
  • Public : YA, Tout public
  • Cycle : Oui (1/?)
  • Pages : 324
  • Parution : 22 novembre 2018
  • Langue : Français
  • Format : Numérique – Broché
  • Prix :  7,99 euros – 18,90 euros
  • ISBN : 978-2-490630-06-6
  • Lien : Inceptio : Horizons T1

Résumé : 2107.

Deux ans plus tôt, le monde est dévasté de façon brutale et soudaine. Aujourd’hui, il n’en reste que des ruines, de la poussière et des cadavres. Les rares rescapés tentent de subsister, tiraillés entre les milices locales et les grandes organisations qui se disputent les territoires épargnés tels des vautours.

C’est à travers une France hostile et ravagée par la folie des Hommes que Xalyah, une jeune femme solitaire et endurcie, brave tous les dangers pour accomplir son seul et unique objectif : retrouver les siens. Le reste n’a pas d’importance, les autres non plus. Sauf qu’elle réalisera bientôt que pour parvenir à ses fins et survivre, il lui faudra accepter de baisser la garde et faire les bons choix…

Séparateur 4

 

MON AVIS

Bulle d'Eleyna Logo 2

Lu dans le cadre du Challenge Littérature de l’Imaginaire.

Lu dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire Francophone.

   Service Presse (Simplement) : je remercie la maison d’éditions Inceptio d’avoir accepté que je fasse la chronique du premier tome de Horizons.

 

Couverture et Accroche

     De toutes les couvertures que proposent Inceptio, je ne vais pas vous mentir, c’est celle qui m’attirait le plus. J’aime beaucoup les teintes très sombres, même si en numérique, il devient difficile de distinguer les détails (le travail sur la protagoniste, et notamment les textures, est particulièrement soigné). Pour mettre en lumière cette scène dont le ton post-apo se perçoit dans la présence d’une voiture calcinée ou d’immeubles grisonnants et sans vie, on retrouve la figure centrale de l’héroïne armée et tâchée de sang, auréolée de cercles orangés qui rappellent la braise. J’avoue ne pas avoir compris tout de suite que ce symbole était le même que celui du « o » du titre. Il faut dire que, pour l’instant, il n’est pas l’élément le plus important du récit.

   Le résumé n’est pas vraiment original pour un récit du genre, aussi ce qui m’aura convaincue, c’est la possibilité de suivre une histoire de survie post-apo en France. De même, la date indiquée me faisait entrevoir quelques espoirs sur la possibilité de découvrir des évolutions de notre société, technologiques ou autres. Sur ce point, ce n’est pas aussi flagrant que je l’avais espéré. Le résumé reste malgré tout fidèle à l’intrigue.

 

Prose et Structure

   Le récit est conté à la première personne au présent par la protagoniste, dont on apprend le nom assez tardivement, vous serez donc priés de prendre votre mal en patience (en vrai, vous le connaissez déjà, il se trouve dans le résumé ^^). Ce choix de narration est approprié pour le type de récit YA et parlera sans nul doute au public cible. En effet, le style familier, pourvu de jurons adaptés à l’univers dépeint, correspond bien à la personnalité de la protagoniste. En revanche, il reste plutôt commun, doté d’un vocabulaire parfois approximatif et de phrases qui mériteraient une meilleure construction. Toutefois, on peut y voir les petits défauts typiques d’un premier roman, je ne doute pas que la plume de l’autrice s’affinera avec le temps. 🙂

    Hélas, j’ai eu des difficultés à rentrer dans l’histoire, pour plusieurs raisons, dont l’usage approximatif d’un vocabulaire médical où il sera question de bactéries inconnues et d’un antidote (substance neutralisant plutôt une toxine) dangereux à usage unique, fabriqué pour qu’un groupe armé puisse traverser la zone contaminée (sinon un vaccin, voire des antibiotiques, c’est bien aussi… ^^). On a un survol du sujet qui n’aide pas à entrer dans le récit lorsqu’on se questionne sur le contexte ou qu’on a l’habitude de textes plus précis et techniques (surtout qu’il s’agit d’un chapitre d’exposition qui ne sert pas directement à l’intrigue). Après, si vous êtes du genre à privilégier l’action, vous aurez certainement moins de difficultés à vous projeter dès le premier chapitre.

    Concernant la structure du récit, on se retrouve avec des chapitres plutôt longs, entrecoupés de chapitres très courts, écrits en italique, qui semblent être des réminiscences de Xalyah durant son sommeil. Des souvenirs assez sombres et cruels, qui permettent d’en savoir un peu plus sur des éléments de son passé, sans toutefois trop en dévoiler. Une façon de faire qui, je pense, saura plaire à ceux qui ne veulent pas se perdre trop longtemps en introspection.

 

Personnages et Figurants

    Protagoniste du récit, Xalyah est une jeune femme, solitaire, forte et endurante. En effet, la première chose que l’on apprend d’elle, c’est qu’elle a une sacrée foulée et une capacité à encaisser les coups dignes des plus grands héros d’action. Elle a aussi un sacré tempérament, ce qui lui permet autant de se dresser face à ses ennemis que de foncer tête baissée dans les ennuis. Les informations sur sa personne nous sont données au compte-goutte, peut-être un peu trop, si bien qu’on comprend parfois tardivement d’où lui viennent ses capacités de survie. L’incertitude sur certains détails est par ailleurs trop appuyée, comme sur son âge, un suspense illusoire car on comprend facilement qu’elle a l’âge du public cible (hélas, on ne peut jamais avoir une trentenaire plus âgée que son équivalent masculin). Malgré ces quelques rétentions d’informations, Xalyah reste un personnage intéressant à suivre, d’autant que contrairement à beaucoup de ses semblables, elle ne passe pas tout son temps en introspection, mais possède une réelle volonté d’agir pour retrouver sa famille. Ce qui plaira, j’en suis certaine, à beaucoup de lecteurs.

    Si Xalyah est une survivante isolée, elle tombe bientôt sur un groupe composé notamment de Khenzo, un jeune homme doté de nombreux atouts physiques (bon, il tire moins bien que Xalyah, mais sinon, il est grand et fort ^^). Ce qui le différencie des autres, c’est un tempérament assez remarquable dans un monde post-apo, puisqu’il apprécie d’aider les inconnus. C’est donc sans surprise qu’il aide Xalyah dans la recherche de sa famille (après lui avoir sauté à la gorge, on reste dans un monde de survivalistes persécutés par des forces armées, quand même ^^). Même si elle fout vite la pagaille dans le groupe, il continue de la soutenir, sans autre justification qu’une dette de sang qui… bon, on ne va pas se mentir, ce n’est pas ça qui le motive. S’il est sympathique, il n’est pas spécialement causant, et contrairement à de nombreux protagonistes masculins dans ce genre de récit, il n’ira pas sauver Xalyah chaque fois qu’elle se jette dans les ennuis. Bon point pour lui. 😉

   Dans le groupe ressortent surtout deux autres membres. Le premier est Tim, le chef. Quinquagénaire, maussade et franchement peu enclin à accueillir de nouvelles têtes dans son groupe, il se montrera hostile envers Xalyah et cherchera plusieurs fois à la faire partir. Il peut être assez violent puisque, outre les menaces musclées récurrentes dans ce type d’univers, il n’hésite pas à user de ses poings. Pourtant, c’est un personnage que j’apprécie, car il a des convictions et il n’en démord pas. D’ailleurs, les événements ont tendance à lui donner raison et même si la violence n’est pas une solution, on ne peut que comprendre sa crainte à voir des grandes gueules rejoindre son groupe pour le fragiliser.

   Le dernier personnage dont je vous parlerai est Jeremy, un jeune qui va sur ses quinze ans et qui sert à l’apport d’humour et d’insouciance qui manquerait autrement au récit. L’adolescent s’attache assez rapidement à Xalyah, puisque comme beaucoup de jeunes, il aime la nouveauté riche en rebondissements. Xalyah lui apparaît comme une héroïne capable de terrasser ses ennemis, c’est donc sans surprise qu’il désire la suivre dans sa quête. Il est fasciné par le combat et la mort, mais il ne semble pas encore s’être confronté à la réalité d’un tel acte funeste. Aussi, j’attends de voir s’il évoluera par la suite.

 

Univers et Peintures

   Le récit nous plonge dans une France des années 2100 ravagée par un événement mondial appelé la Rupture. Peu d’informations nous parviennent au début, on parle ici d’un laboratoire qui a explosé et propagé ses souches bactériennes mortelles, là de villes totalement détruites. On comprend néanmoins que la France est devenue une nouvelle Amérique en terme d’armement, puisque tout le monde ou presque se balade avec des armes. J’avoue que ça m’a un peu déçue ; je me disais qu’au moins, si ça ne se passait pas aux USA, on verrait moins d’armes à feu et donc davantage de méthodes ingénieuses pour survivre (je sais, la couverture est explicite, mais que voulez-vous, on ne se refait pas ^^).

   Toutefois, l’ambiance est bien retranscrite et on sent réellement la violence, le désespoir, la cruauté et le chacun pour soi. J’apprécie le voyage à travers plusieurs villages marqués par la Rupture qui évoluent tous différemment, mais avec de réelles difficultés qui rendent leur population hostile ou méfiante. Il n’y a pas à dire, le monde est dur et on comprend que certains soient prêts à tout pour survivre.

   Concernant la situation avant la catastrophe… Je sais qu’en post-apo, on part souvent avec des bases détruites et parfois totalement perdues à la mémoire des hommes, toutefois, j’aurais apprécié déceler davantage d’éléments d’avant la Rupture, de réelles différences avec la France d’aujourd’hui. Si ce ne sont quelques explications sur une situation géopolitique qui implique des sociétés à acronymes et les armements ou matériels militaires type détection de présence, on manque d’informations sur ce qui  aurait fait la spécificité de ce 22e siècle. Dommage, cela aurait accru la spécificité de cet univers post-apo. Mais peut-être que cela se perçoit davantage par la suite.

 

Intrigues et Rouages

    Xalyah est une jeune survivante de la Rupture, une catastrophe mondiale qui plongea la Terre entière dans le chaos voilà deux ans. Séparée de sa famille pour d’obscures raisons, elle tente de la retrouver par tous les moyens. Malheureusement, il est difficile de survivre seule sur des terres dévastées et quadrillées par des formations militaires ou des milices locales. C’est en cherchant à se ravitailler qu’elle se retrouve malgré elle a défendre sa peau en compagnie d’un jeune homme du nom de Khenzo.

    Comme j’ai pu le dire, j’ai eu des difficultés à rentrer dans l’histoire. La première scène nous lance directement dans un course-poursuite avec un personnage qu’on ne connait pas, mais qui enchaîne quelques tropes du genre et notamment ce fameux dépassement de soi qui lui permet de courir plus vite, gravir plus vite, tirer plus vite… que les mecs qui la poursuivent alors qu’elle-même est blessée. Si on ajoute à cela la fameuse bactérie mortelle et le langage approximatif sur la situation… il y a trop d’éléments qui ne conviennent pas pour ma suspension d’incrédulité, ce qui a rendu mon entrée dans le récit plus compliqué.

   Heureusement, ma perception s’est améliorée par la suite et je me suis prise à suivre les mésaventures aussi nombreuses que houleuses de Xalyah. Il faut dire qu’elle n’est pas vraiment du genre à se laisser marcher sur les pieds, ou même à tenir en place, ce qui la met souvent en danger. Ce n’est pas faute pourtant de ressasser les recommandations de son père concernant la prudence et les bases de la survie. Mais voilà, Xalyah a un but, et surtout des convictions qui la rendent parfois désagréable aux yeux des autres. Outre sa volonté de ne s’attacher à personne, sans pour autant délaisser ceux dans le besoin, elle met aussi un point d’honneur à enterrer dignement tous les morts, y compris ses ennemis. Elle a ainsi un jugement assez tranché sur les rescapés qui volent ceux qu’ils viennent de tuer. Cela initie quelques échanges avec Khenzo, plutôt intéressants mais assez limités, comme le jeune homme n’est pas du genre à défendre ses idées. Dommage car le sujet manque un peu de nuance et l’idéalisme volontairement imparfait de la protagoniste se confronte encore trop rarement au pragmatisme de ces autres qui survivent différemment d’elle. J’espère qu’on verra davantage d’échanges sur le sujet par la suite.

    L’intrigue n’épargne pas les personnages et heureusement, vu l’univers sombre développé par l’autrice. On s’attend à des balles perdues, à des coups en traître, à des embuscades ou des rencontres hasardeuses. Mais le final… il n’est pas des plus actifs mais reste d’une violence certaine pour la protagoniste autant que pour le lecteur et je crois que beaucoup seront touchés par cette scène terrible et cruelle. L’idée est par ailleurs intéressante, car elle relance totalement l’intrigue pour le second tome. Vous serez donc probablement portés à vous procurer rapidement la suite. 😉

 

Conclusion et Avis général

   Si j’ai eu des difficultés à entrer dans l’histoire de ce premier tome de Horizons, comme le premier chapitre me semblait accumuler trop de points qui ne me conviennent pas, j’ai été rassurée par la suite qui enchaîne à un rythme soutenu les mésaventures. En effet, Xalyah est une protagoniste forte et indépendante dans un univers post-apocalyptique où la survie dépend de ses compétences martiales autant que de ses capacités à interagir avec les autres survivants. Si on s’attend à chaque instant à ce que les choses dégénèrent et que les balles pleuvent, je gage que nombreux seront ceux à s’émouvoir du final de ce premier tome, cruel mais qui vous invitera à lire la suite.

 

Qui veut suivre Xalyah dans la recherche de sa famille à travers une France dévastée ? 🙂

Séparateur 4

UN APERÇU D’AILLEURS SUR

Horizons – T1 : Sombre balade ?

blog-2151307__340

N’hésitez pas à faire un tour sur les autres blogs de critiques littéraires pour vous faire un meilleur avis sur le sujet. 😉

Séparateur 4

haut de page

Publicités

11 réflexions sur “[Chronique Littéraire] Horizons – T1 : Sombre balade, Lysiah Maro

  1. Hibou_books dit :

    C’est dommage que tu n’ai pas réussi à rentrer dans l’univers dès le début même si je peux comprendre ton point de vue ! Mais je suis tout de même ravie de voir que tu as quand même réussi à rentrer dans l’histoire à un moment 😉
    En tout cas, c’était une super lecture pour ma part ! J’ai rapidement accroché à l’histoire et aux personnages 😃

    Aimé par 1 personne

    • Eleyna dit :

      Merci pour ton passage. 🙂
      En fait, j’ai compris le principe du premier chapitre qui se veut tout de suite immersif, mais la façon de faire ne m’a pas vraiment convenue. Heureusement, je n’ai jamais été du genre à juger sur quelques pages et à refermer un livre directement. Et heureusement, car le voyage de Xalyah, à travers tous ces villages ravagés par les conflits et la famine, est vraiment intéressant. 🙂

      J'aime

  2. OmbreBones dit :

    Je ne connaissais pas du tout cette maison ni ce roman, merci pour la découverte ! Pas trop ma came par contre si tu aimes ce type de roman je te conseille les chroniques de l’après monde de Geoffrey Claustriaux c’est pile ce que tu as l’air de rechercher 😊

    Aimé par 2 personnes

      • OmbreBones dit :

        L’aspect post apo me rebute toujours en général mais justement pas sur ce roman la que j’ai adoré c’est pour ça que je le conseille dès que je peux :p et je comprends tout à fait, souvent la romance casse tout dans l’histoire 😦

        Aimé par 1 personne

    • Eleyna dit :

      La ligne éditoriale d’Inceptio semble plutôt YA dans son ensemble, en effet. Après, le premier tome de Horizons ne tombe pas dans une romance centrale qui surpasse l’intrigue. A dire vrai, il n’y a même pas de romance, pour l’instant. De ce côté, ça m’a plutôt convenu, et même si ça doit évoluer, je me dis qu’au moins, ça n’a pas été de l’instantané. 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Lysiah dit :

    Hello,

    Merci beaucoup pour cette chronique ultra détaillée ! Je suis navrée que tu n’aies pas réussi à rentrer tout de suite dans le récit et je veux bien reconnaître que je ne suis pas forcément familière avec tout ce qui touche au médical, mais je suis ravie de voir que tu as quand même réussi à accrocher avec la suite 🙂

    Il est vrai également que beaucoup d’éléments de l’univers sont amenés au compte goutte et je suppose que cela vient de la façon dont il a été conçu : un peu au fur et mesure durant des années.

    J’espère que ça t’aura quand même donné envie de poursuivre l’aventure en compagnie de Xalyah et que la suite te semblera meilleure !

    Merci infiniment d’avoir pris le temps de détailler à ce point ton ressenti sur l’ensemble de ce premier tome. C’est très enrichissant et je prends bonne note des critiques qui ont été formulées !

    Lysiah

    Aimé par 1 personne

    • Eleyna dit :

      Merci pour ton passage, c’est toujours un plaisir de pouvoir discuter avec les auteurs qu’on a pu lire. 🙂

      Il faut dire que je suis le genre de lectrice à ne presque jamais avoir de « coup de cœur » (et donc à toujours trouver des points qui me conviennent moins), mais je tiens toujours à rappeler que mon point de vue n’est pas celui de tous les lecteurs, et qu’il vaut mieux se faire son propre avis, surtout quand on est tenté par l’expérience.

      Après, comme j’ai pu le dire, je n’aime pas juger sur les premières pages (comme je n’aime pas juger un film sur les premières minutes), parce qu’on peut avoir une mauvaise impression (être mal luné/commencer la lecture au mauvais moment/avoir lu qqc de similaire…) et finalement découvrir qu’il se cache derrière un potentiel très intéressant.

      Oui, le voyage de Xalyah dans cette France post-apo m’a bien plu, donc si ça continue dans ce sens (avec quelques découvertes sur l’avant Rupture et le pourquoi du comment aussi ^^), je lirai sans problème la suite. 🙂

      Et ravie si mon avis peut avoir une quelconque utilité. Après tout, l’enrichissement, c’est le partage. 😉

      J'aime

  4. Lysiah dit :

    Je te remercie pour ton honnêteté en tout cas ! J’ai toujours aimé les critiques constructives et argumentées car ce sont elles qui nous font prendre le plus de recul vis à vis de ce qu’on peut créer.

    Et je peux comprendre aussi que lorsqu’on lit énormément, l’on soit aussi plus critique et donc moins sujet au coup de cœur, car on relève plus facilement les petites choses qui ne vont pas. En tout cas, c’est chouette que tu ne te sois pas arrêtée aux premières pages et que tu aies poursuivi l’aventure jusqu’au bout de ce premier tome.

    Pour être honnête avec toi, les informations concernant « l’avant Rupture » seront toujours amenées au compte goutte car cette histoire est vraiment centrée sur son personnage principal. Ceci dit son évolution s’inscrira dans des enjeux plus globaux que ceux exposés dans le premier tome. Disons que ce premier opus était une mise en bouche pour poser un peu l’univers. D’autres révélations et d’autres personnages n’ont pas encore fait leur entrée en jeu. ^^

    Merci pour cet échange en tout cas (et surtout pour cette chronique hyper précise !), je trouve toujours ça agréable de pouvoir discuter avec des lecteurs et/ou chroniqueurs, pour les raisons évoquées plus haut 🙂

    Au plaisir !
    Lysiah

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s