[Mois Ciné] Juin 2019

C’est l’été et les films à simple fonction de divertissement débarquent !

(Aladdin – Godzilla 2 : Roi des Monstres – Men In Black International – Tolkien – Toy Story 4 – X-Men Dark Phoenix)

Séparateur 4

Alerte : avis totalement subjectifs en perspective et fortes probabilités de spoilers. 😉

 

Aladdin

film_921818Fantastique (2h09) de Guy Ritchie

Avec Mena Massoud, Naomi Scott, Will Smith

Quand un charmant garçon des rues du nom d’Aladdin cherche à conquérir le cœur de la belle, énigmatique et fougueuse princesse Jasmine, il fait appel au tout puissant Génie, le seul qui puisse lui permettre de réaliser trois vœux, dont celui de devenir le prince Ali pour mieux accéder au palais…

Mon avis

   La plupart d’entre vous connaissent déjà Aladdin, si ce n’est par le classique animé de Disney, du moins par la discutable comédie avec Kev’ Adams. Alors, faut-il revoir une énième fois les aventures du génie de la lampe et du voleur amoureux d’une princesse ? Et bien, le film remplit son cahier des charges et son rôle de divertissement tout public. On s’ennuie rarement, c’est plutôt beau et coloré, les acteurs sont globalement assez bons, si on exclut Jafar, au manque de charisme indéniable (je ne dis pas qu’il devait être plus âgé avec un visage de méchant comme dans l’animé, mais tout de même, le charisme, c’est important pour un antagoniste d’une telle envergure). Si vous n’avez jamais vu l’animé, vous trouverez certainement l’aventure agréable, voire inédite. Pour les autres, vous ne manquerez pas de faire la comparaison en mode « nostalgie ». Hélas pour moi, je me suis aperçue que chaque fois que je souriais, ce n’était pas à cause du film lui-même, mais bien parce que je visualisais le dessin animé. Cela me fait dire que Disney démontre des difficultés à faire vivre l’oeuvre au-delà de son modèle par peur de perdre une partie de son public et donc de ses bénéfices. Il y avait déjà le même effet pour La Belle et La Bête, on ne manquera pas de le retrouver pour Le Roi Lion. Et ce ne sont pas les quelques ajouts assez artificiels qui apportent de l’originalité. Entre une nouvelle chanson inaudible écrite pour la performance vocale, une scène avec un Iago géant aux fonds verts assez laids ou une explication du passé de Jafar qui pose plus de problèmes qu’elle n’en résout, on se demande pourquoi les scénaristes ne prennent tout simplement pas plus de liberté pour offrir un tout cohérent, respectueux de la base, mais doté d’une véritable originalité. A voir si vous êtes nostalgiques des vieux Disney, ou si vous aimez les aventures en tapis volant.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Godzilla 2 : Roi des Monstres

film_920742Action (2h12) de Michael Dougherty

Avec Vera Farmiga, Kyle Chandler, Millie Bobby Brown

L’agence crypto-zoologique Monarch doit faire face à une vague de monstres titanesques, comme Godzilla, Mothra, Rodan et surtout le redoutable roi Ghidorah à trois têtes. Un combat sans précédent entre ces créatures considérées jusque-là comme chimériques menace d’éclater. Alors qu’elles cherchent toutes à dominer la planète, l’avenir même de l’humanité est en jeu.

Mon avis

   Suite du Godzilla de 2014 où le film jouait davantage sur l’aura inquiétante du titan , on change cette fois d’angle d’attaque pour présenter les monstres en gros, en grands, en larges et en multiples exemplaires. Ce second volet assume clairement sa fonction de plaisir coupable à base de combats titanesques terriblement destructeurs. Le pari est réussi, les batailles sont plutôt impressionnantes et le métrage accumule de nombreux plans iconiques, servis par des effets spéciaux et des jeux de lumière du plus bel effet. De même, les fans seront certainement ravis par tous les kaijus qui apparaissent à l’écran,  pour beaucoup fort impressionnants même si pas toujours identifiables. On ne pourra toutefois pas se féliciter d’un scénario vraiment passionnant, qui réutilise bien mal la cellule familiale décomposée pour apporter du drama. On retrouve ainsi la traditionnelle motivation du héros qui, décidément, serait bien incapable d’agir s’il n’y avait pas son enfant en danger. En tant que personnage central d’un film hollywoodien, il prend bien évidemment la place de tous les spécialistes et militaires réunis pour l’occasion (globalement assez inutiles et trop nombreux), allant jusqu’à se contredire lui-même pour sauver Godzilla, lui pourtant qui rêve de le voir mort (oui mais vous comprenez, c’est le héros). En toute sincérité, je pense que le film aurait gagné en intérêt s’il avait cherché un peu moins à mettre quelques humains archétypaux au centre du film, et assumé un peu plus sa vision de monstres destructeurs capables d’anéantir l’humanité. A voir si vous êtes fan de Godzilla ou si vous aimez les combats de monstres.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Men In Black International

film_924064Action (1h55) de F. Gary Gray

Avec Liam Neeson, Tessa Thompson, Chris Hemsworth

Les Men In Black ont toujours protégé la Terre de la vermine de l’univers. Dans cette nouvelle aventure, ils s’attaquent à la menace la plus importante qu’ils aient rencontrée à ce jour : une taupe au sein de l’organisation Men In Black.

Mon avis

Le retour de la franchise qui n’aura qu’un seul rôle, vous divertir. Autour dire que le film remplit les cases de ce point de vue, entre un casting de rêve, des effets spéciaux à la hauteur, une technologie toujours aussi dingue et un humour toujours aussi décalé. Pour l’intrigue, on repassera, comme pour la plupart des films de genre actuels. Assez décousue et plutôt incohérente dès le début (ou tout du moins pas assez expliquée pour y voir une certaine logique), elle sert avant tout à voyager aux quatre coins du monde sans pour autant apporter de réel exotisme (Londres, Paris et Marrakech reviennent souvent dans ce genre de films, finalement, ce sera Naples la destination la plus improbable). Le duo Tessa Thompson et Chris Hemsworth, déjà vu dans Thor, se confirme une fois encore avec une belle alchimie à l’écran, et un final ambigu qui pourra convenir à différentes interprétations. On ajoutera la présence de Pionny, un petit extraterrestre servant de comic relief qui joue plutôt bien son rôle, même s’il n’y a hélas guère de prise de risque. On regrettera d’ailleurs les facilités scénaristiques, en particulier un extraterrestre qui revient vingt ans plus tard au bon moment, au bon endroit, ou encore des agents qui réagissent soudain parce qu’il faut bien faire avancer le film (alors qu’il y avait pleins d’indices avant). Mais bon, si les MIB gagnaient grâce à leur esprit plutôt qu’à leur chance, ça se saurait. Bref, pas vraiment de surprise, juste un bon divertissement qui devrait contenter les amoureux du genre. A voir si vous aimez les films d’alien humoristiques ou si vous êtes fans de la franchise.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Tolkien

film_925479Biopic (1h51) de Dome Karukoski

Avec Nicholas Hoult, Lily Collins, Craig Roberts

TOLKIEN revient sur la jeunesse et les années d’apprentissage du célèbre auteur. Orphelin, il trouve l’amitié, l’amour et l’inspiration au sein d’un groupe de camarades de son école. Mais la Première Guerre Mondiale éclate et menace de détruire cette « communauté ». Ce sont toutes ces expériences qui vont inspirer Tolkien dans l’écriture de ses romans de la Terre du Milieu.

Mon avis

   Si vous êtes fan de l’oeuvre de Tolkien, peut-être serez-vous assez déçus de l’orientation prise par le biopic. Car oui, disons-le clairement, le film se concentre davantage sur ses amitiés et sa romance que sur sa créativité et son oeuvre littéraire. Loin d’être fidèle à la vie de l’auteur, l’intrigue choisit quelques facilités et autres raccourcis pour justifier un drama autour de relations qui se veulent centrales mais pas forcément inspirantes. Si la jolie « communauté » que forme Tolkien et ses trois amis nous propose une intrigante perception de l’âme d’artiste au travers de quatre arts distincts (l’écriture, la poésie, le dessin et la musique), j’a regretté que cette pulsion créative soit au final peu exploitée. La romance prend rapidement le pas sur le reste, entame une route linéaire sans grande inspiration, et nous sert, hélas, tous les poncifs du genre. Peu d’imagerie fantastique, la plupart nous ayant été proposée dès la bande annonce, on se contente durant les trois quart du film de quelques esquisses épinglées à un mur, et qui ne trouveront, jamais, la moindre explication. Hélas, le film s’arrête avant l’écriture de ses plus grandes œuvres et il faudra se contenter du traditionnel texte d’épilogue. Reste que les acteurs sont bons, notamment les deux quatuors (adolescents et adultes) qui semblent avoir une véritable alchimie. A voir si vous aimez les biopics romantiques ou si vous n’avez aucune attente concernant l’oeuvre de Tolkien.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Toy Story

film_920867Animation (1h40) de Josh Cooley

Avec les voix françaises d’Audrey Fleurot, Pierre Niney, Franck Gastambide, Jamel Debbouze

Woody a toujours privilégié la joie et le bien-être de ses jeunes propriétaires : Andy puis Bonnie et de ses compagnons, n’hésitant pas à prendre tous les risques pour eux, aussi inconsidérés soient-ils. L’arrivée de Forky un nouveau jouet qui ne veut pas en être un dans la chambre de Bonnie met toute la petite bande en émoi. C’est le début d’une grande aventure et d’un extraordinaire voyage pour Woody et ses amis. Le cowboy va découvrir à quel point le monde peut être vaste pour un jouet…

Mon avis

   Si comme moi, vous avez grandi avec les Toy Story, vous savez qu’ils ont quelque chose à part, quelque chose qui les rend uniques (exceptionnels diront certains ^^). Ce soupçon de maturité qui pourtant parle très bien aux enfants… et que j’ai été heureuse de retrouver dans ce 4e volet. Certains se demanderont si après la conclusion de la trilogie, il y avait encore de quoi faire une nouvelle histoire avec nos jouets préférés. Et bien, je suis moi-même surprise de le dire, mais oui. Contrairement à de nombreuses suites de sagas qui s’essoufflent et recyclent ce qui a fonctionné sans se prendre la tête, Toy Story 4 propose une intrigue intelligente qui parlera une fois encore de morales plutôt dures comme l’éveil à la conscience, le questionnement sur notre place dans le monde, l’abandon, le rejet face à nos imperfections, la solitude… La plupart des anciens personnages laissent leur place sur leur devant de la scène à de nouveaux venus (exceptés Woody, toujours aux premières loges, et la Bergère, de retour). Si Gabby Gabby et Bo la Bergère sont deux personnages qui bénéficient d’une très belle écriture et qui se défont de tous les tropes du genre (vous voulez du féminisme qui s’inclue dans le métrage sans mettre les pieds dans le plat, bah c’est ça), je regrette un peu la présence plus anecdotique de Ducky et Bunny, duo comique qui ne sert qu’à ça (alors que Duke suffisait largement pour ma part… mais bon, ils sont là pour vendre des peluches).  Qu’importe, l’histoire est prenante et fait autant rire que pleurer. Visuellement, c’est absolument magnifique ; Pixar a tiré le meilleur de l’évolution technique pour proposer des plans d’une incroyable richesse, que ce soit dans la profondeur de champ avec quantité d’éléments de décors, l’animation de dizaines d’individus, ou le jeu des couleurs et des lumières. A voir si vous êtes fan des premiers films ou si vous aimez les films d’animation intelligents.

Bulle d'Eleyna Logo 2

X-Men Dark Phoenix

film_923643

Action (1h54) de Simon Kinberg

Avec James McAvoy, Jennifer Lawrence, Sophie Turner

Dans cet ultime volet, les X-MEN affrontent leur ennemi le plus puissant, Jean Grey, l’une des leurs. Au cours d’une mission de sauvetage dans l’espace, Jean Grey frôle la mort, frappée par une mystérieuse force cosmique. De retour sur Terre, cette force la rend non seulement infiniment plus puissante, mais aussi beaucoup plus instable. En lutte contre elle-même, Jean Grey déchaîne ses pouvoirs, incapable de les comprendre ou de les maîtriser. Devenue incontrôlable et dangereuse pour ses proches, elle défait peu à peu les liens qui unissent les X-Men.

Mon avis

   Autant vous le dire : je n’ai pas vu X-Men Apocalypse et je ne suis pas une fan inconditionnelle des X-Men (même si j’ai connu la vieille série animée que l’on trouvait en cassette vidéo… ça ne rajeunit pas ^^). Alors oui, je ne connais pas spécialement la saga de Dark Phoenix, et visiblement, c’est une bonne chose car j’ai vu beaucoup d’amoureux du comic hurler au scandale (en même temps, dans un film de 2h… comment veux-tu…). C’est donc sans attente et sans a priori que j’ai vu le film, et personnellement, je le trouve du même calibre que certaines productions dans le genre des super-héros : ni exceptionnel, ni franchement mauvais. Certes, l’intrigue originelle est réduite à son minimum et les personnages sont éjectés dès qu’on n’en a plus besoin, mais c’est le cas dans beaucoup de films du genre où on accumule les têtes d’affiche (et où on cherche absolument à les garder d’un film à l’autre… en même temps, on parie que 90% des gens auraient hurlé si Magneto n’avait pas été présent 😉 ). Le problème du film, c’est qu’il souffre du contexte dans lequel il a été produit. On le sent un peu bâclé pour clore la saga de la Fox (qui était déjà un peu bancale avant, alors en vouloir à ce film en particulier…), et on se doute qu’en d’autres circonstances, ça aurait pu être mieux. Malgré tout, les effets spéciaux sont plutôt bons dans leur ensemble, même s’ils manquent d’originalité. Côté performance d’acteur, on a un peu de tout, même si personnellement, je ne suis pas fan de l’acteur qui joue Scott, et que j’aurais poussé le vice plus loin concernant les expressions faciales du personnage de Jessica Chastain (qui est censé être « inhumain »). A voir si vous n’êtes pas un fan des X-Men (oui, drôle à dire), mais que vous aimez quand même les super-héros.

Bulle d'Eleyna Logo 2

Alors, qu’êtes-vous allés voir durant ce mois de juin ? 😉

Séparateur 4

Publicités

12 réflexions sur “[Mois Ciné] Juin 2019

    • Eleyna dit :

      Pour Dark Phoenix, je trouve qu’on lui reproche trop de ne pas suivre la trame des comics. Parce que si on le prend pour ce qu’il est, honnêtement, il n’est pas pire que les autres.
      Godzilla, il y a beaucoup de plans iconiques, c’est très visuel et pour ça, ça vaut le déplacement. Mais les héros, franchement… ^^

      Aimé par 1 personne

  1. Audrey dit :

    Merci pour ce petit aperçu de ce qui passe au cinéma en ce moment 🙂
    Même si ce n’est pas comparable au dessin-animé qui est l’un de mes préférés, Aladdin m’a fait passer un bon moment; mais je te rejoins complètement sur le manque de charisme de Jafar. À ce niveau, c’est presque criminel et c’est surtout tellement dommage, ce méchant étant pour moi emblématique…

    Aimé par 1 personne

  2. entournantlespages dit :

    J’ai peur avec Aladin et Le Roi Lion de trop comparer ces adaptations aux dessins animés tout en ayant envie de voir ce que ça donne. Après, je m’attends à des presque copier-collés.
    Je ne m’attendais pas à grand chose avec MIB et je me suis bien amusée même si j’ai été dérangée par pas mal de facilités et incohérences. Le duo fonctionne bien mais pour Chris Hemsworth, j’avais l’impression de retrouver Thor la plupart du temps et son attitude dans la majorité du film m’a paru bizarre vu son statut de héros.

    Aimé par 1 personne

    • Eleyna dit :

      Je comprends, je suis pareille. ^^
      Pour l’instant, j’ai résisté au besoin de comparer les deux Roi Lion. Il faut dire que le casting de doublage français ne me fait pas du tout rêver (navrée pour les comédiens, mais pour moi, ils ne font vraiment pas l’affaire). Puis les gens s’y déplacent en masse, de telle façon qu’il va devenir l’un des plus gros succès financiers de la franchise et prouver à Disney qu’ils peuvent se contenter de copier-coller en s’appuyant uniquement sur la modernisation des effets spéciaux. Bref, l’idée de les conforter dans leur spirale du « moins j’en fais, mieux je me porte », ne me plait pas vraiment. Je préfère encore voir Mulan qui sera un vrai remake (vu qu’ils n’ont pas les droits sur certains personnages de l’animé), ou les véritables créations, même si ce sont beaucoup de suites (comme La reine des neiges 2).
      J’avoue que Chris Hemsworth, il vaut mieux le voir dans des films moins proches de son rôle emblématique. Sale temps à l’hôtel El Royale, par exemple, il a un rôle vraiment intéressant (déjà, c’est un antagoniste ^^).

      J'aime

      • entournantlespages dit :

        Totalement d’accord avec toi ! J’ai vu un extrait du Roi lion quand Timon et Pumba rencontrent Simba et le doublage ne me parait pas du tout convaincant.
        Pour Mulan, je pensais que ça serait aussi un copier collé du dessin aimé, j’ai encore plus envie de le voir maintenant !
        Merci pour le conseil, Sale temps à l’hôtel El Royale rejoint ma liste de films à voir 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s