[Chronique Littéraire] Légendes Faës – V2 : Le Déchu, Manon Elisabeth d’Ombremont

  Aujourd’hui, après un an de pause, nous retournons dans le sombre univers de dark fantasy des Légendes Faës, avec le V2 : Le Déchu, de Manon Elisabeth d’Ombremont (L’Ivre-Book).

Séparateur 4

 

FICHE TECHNIQUE

 

  • Titre : Légendes Faës – V2 : Le Déchule-dechu
  • Auteur/Autrice : Manon Elisabeth d’Ombermont
  • Illustrateur/Illustratrice : Antera
  • Édition : L’Ivre-Book
  • Collection : Imaginarium
  • Genre : Fantasy, Dark Fantasy
  • Public : Adulte, Public Averti
  • Cycle : Trilogie (2/3)
  • Pages : 239
  • Parution : 22 avril 2017
  • Langue : Français
  • Format : Numérique
  • Prix :  4,99 euros
  • ISBN : 9782368924594
  • Lien : Manon Elisabeth d’Ombremont

Résumé : Faëry, sous le règne de l’Impératrice Elyalë. Elcmar, désormais libre, arpente les terres faëriques à la recherche de ses sphères et d’une clé, capable de les localiser. Elkentar, le gwar’dubh est né et sa simple existence fait trembler les mondes. Il se dresse entre Melyan et Elyalë, creusant entre les deux sœurs un gouffre de plus en plus profond.Dans la Fosse, une ombre du passé s’agite et menace l’équilibre précaire de l’Empire unseelie. Et si la réponse se trouvait dans la mort ?

Séparateur 4

 

MON AVIS

Bulle d'Eleyna Logo 2

Lu dans le cadre du Challenge Littérature de l’Imaginaire.

Lu dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire Francophone.

Pour lire la chronique du volume 1, c’est par ici.

 

Couverture et Accroche

   Après les bleus et violets du tome qui mettait en avant la Chienne de l’Ombre, la couverture s’offre cette fois des teintes vert turquoise pour auréoler le personnage central, là encore titre du volume, à savoir le Déchu. J’aime beaucoup l’idée de le mettre en scène dans un univers fantomatique, cela permet de mieux percevoir sa stature et sa sombre aura, en opposition avec la blancheur de celle qu’il tient. Vous allez peut-être dire qu’on distingue mal ses traits, mais je trouve cela intéressant, car à ce moment du récit, le Déchu n’a pas encore recouvré toute sa puissance d’alors, et donc sa pleine capacité à reprendre une apparence draconique. Mon seul regret, que les yeux orange ne ressortent pas vraiment.

   J’apprécie le résumé qui rappelle que les choses ont changé avec une cour unseelie sous un nouveau règne. De même, le choix de l’ordre des personnages présentés me semble intéressant, car si ce n’est pas forcément l’ordre d’apparition ou d’importance en terme de présence, il rappelle tout de même qui influence l’intrigue. Et comme on peut le voir, ce n’est pas forcément l’impératrice qui a la mainmise. La dernière phrase, en apparence convenue pour ce type de récit, remplit son rôle en attirant le lecteur. Mais vous serez étonnés d’en comprendre le sens réel après lecture.

 

Prose et Structure

   Je n’ai pas grand chose à dire par rapport au premier volume. La plume de l’autrice est toujours aussi efficace, usant à bon escient du langage familier, voire cru, pour teinter le récit de cette violence physique et sexuelle typique de la cour unseelie. Je tiens tout de même à rappeler qu’il s’agit de dark fantasy avec un ambiance très sombre et cruelle, ce qui limite sa lecture à un public averti.

   Une fois encore, si vous n’êtes pas connaisseur du folklore celtique, vous retrouverez un lexique comprenant différentes définitions adaptées au récit. Toutes les créatures ne se trouvent pas dans ce lexique, mais la plupart des absents sont suffisamment décrits ou inspirés d’images communes pour les visualiser (je pense par exemple aux Vannes que l’on présente comme des nains). Ceci me fait dire que même si on ne s’y connait pas vraiment, on s’y perd probablement moins que dans le premier volume.

   Concernant la structure du récit, nous retrouvons ces fameux chapitres assez courts, toujours signalés par une date et une localisation. Les chapitres ne faisant que quelques pages, j’ai plutôt apprécié changer de point de vue pour poursuivre une scène, cela permet notamment d’avoir les réactions et les sentiments des différents protagonistes pour un même instant. Et puis, le narrateur est de retour, toujours pour taquiner un peu le lecteur à plusieurs moments du récit, tout en apportant des informations supplémentaires. Et surprise, nous apprenons enfin son identité.

 

Personnages et Narrateurs

   Le volume 2 reprend en grande partie les figures du tome 1, avec quelques nouvelles têtes,  mais finalement assez peu nombreuses.

   Melyan, la Chienne de l’Ombre, est désormais au service de sa sœur devenue impératrice. Elle est aussi, à son grand désarroi, la porteuse d’un morceau d’âme d’Elcmar, ce qui la prive quelque peu de sa liberté. Malheureusement, ce nouveau statut aura tendance à éloigner les deux sœurs, comme Melyan a l’obligation de protéger Elkentar, le fils détesté de l’impératrice et du Déchu. Personnage principal du récit, elle évolue un peu, mais reste prisonnière de son éducation fomoire qui la tient distante de tout sentiment et en même temps soumise à ceux qui la dominent. Heureusement, lorsque les événements se précipitent, elle prend enfin de réelles décisions.

   Elyalë, nouvelle impératrice de la cour unseelie, a accouché d’un fils, ce qui est un affront pour la race banshee de laquelle elle est issue. Son sang lui dicte de tuer son fils, mais il est aussi la progéniture du Déchu, si bien qu’elle ne peut que s’éloigner de cet enfant qui la dégoûte. Si dans le volume 1, elle se raccrochait à sa sœur pour survivre, elle est désormais plus seule que jamais, ce qui s’illustre notamment par sa faible présence dans le récit. Je trouve un peu dommage qu’on n’ait pas pu vraiment percevoir sa descente aux enfers, même si je comprends le choix de centrer le récit sur Melyan.

   Elcmar, le dieu-dragon déchu, est désormais libre de ses mouvements et en profite pour tenter de retrouver ses Sphères, ses morceaux d’âmes. Mais la tâche n’est pas simple, si bien qu’en bon tourmenteur qu’il est, il ira régulièrement se défouler sur les deux sœurs, et Melyan en particulier. C’est un grand manipulateur, mais pas un bon tacticien, et il faut avouer que contrairement à d’autres personnages similaires de dark fantasy, il ne donne pas l’impression d’anticiper tout ce qui se passe, plutôt de profiter des occasions, ce qui n’est pas plus mal. Il est orgueilleux, colérique et joueur, et rappelle par moments un certain Empereur.

   Elkentar, nouveau venu dans la famille, est aussi et surtout une abomination aux yeux du peuple unseelie. Détesté de tout le monde, y compris et surtout de sa mère, il grandit avec pour seul contact sa tante Melyan, Telbrin et son père. Si les deux premiers s’efforcent d’en faire un guerrier pour qu’il soit à la hauteur de ses prétentions au trône (les fomoires ne jurent que par la force physique), Elcmar cherche à lui apprendre l’usage de la magie. Mais l’enfant se sent seul et de plus en plus fasciné par la figure imposante de l’ancien Empereur dont il perçoit les souvenirs décadents dans les geôles.

   Je finirai par Telbrin, le Seigneur Noir de la cour unseelie, ce qui se rapproche d’un général. Se persuadant qu’il doit être le seul à posséder Melyan (parce que chez les Unseelies, on ne parle pas de sentiments), il a tendance à devenir assez entreprenant en la suivant partout. Les choses étant ce qu’elles sont chez les Unseelies, la relation entre les deux évolue de façon à satisfaire les besoins de chacun, mais on sent bien que cela ne lui convient pas. En même temps, il est vrai qu’Elcmar est très envahissant et adore s’amuser avec Melyan à ses dépends.

   D’autres personnages apparaissent, mais sont finalement assez en retrait ou peu cités dans ce volume, même si on perçoit une certaine importance pour la suite.

 

Univers et Atmosphère

   Après les événements du premier volume, nous retrouvons la Faëry avec un nouveau visage. En effet, Elcmar libéré, il en a profité pour s’attaquer à la cour seelie et la rayer entièrement de la carte, ne laissant qu’une poignée de survivants, et surtout, un territoire où le soleil ne se lève plus. Si ce fait est une bénédiction pour les Unseelies qui ne supportent pas les lumières trop vives et peuvent enfin se promener à l’air libre sans craindre d’être éblouis, il annonce tout de même un certain déséquilibre sur les terres de Faëry. Pas vraiment de quoi angoisser les dieux-dragons, du moins en apparence.

   Mais la perte d’un soleil n’est pas la seule nouveauté de ce volume puisque, nous voyageons cette fois vers de nouvelles contrées, au Nord. On y rencontre de nouveaux peuples, comme les Vannes et les Afes, ainsi que quelques principes culturels, comme le tatouage qui lie un individu à son débiteur tant qu’il n’a pas remboursé sa dette. Malheureusement, l’autrice est un peu avare en description et j’ai regretté de ne pas pouvoir mieux visualiser ce nouvel environnement. La traversée d’une montagne qui dissipe la magie m’a par exemple paru un peu courte, même si je peux comprendre qu’on considère qu’il n’y a pas grand chose à décrire dans ce genre d’endroit.

 

Intrigues et Thématiques

   Elyalë devenue impératrice, elle accouche d’un fils, un gwar’dubh, une abomination même pour les Unseelies. Son sang lui dictant de le tuer, elle ordonne à Melyan d’en prendre soin pour le compte du Déchu. Et c’est ainsi que commence une période singulière, entre la lente déchéance d’une banshee isolée, la quête d’identité d’un enfant détesté de tous et les tourments récurrents de Melyan possédée par Elcmar.

   Comme pour le premier tome, l’intrigue commence doucement et de façon assez similaire par une forme d’apprentissage. Cette fois, c’est Melyan qui doit apprendre au jeune Elkentar la dure loi du plus fort des Unseelies. Les choix de l’autrice ayant porté à dépeindre des individus sombres, cruels et pervers, il est assez difficile de s’attacher au garçon, comme il prend lui-même un certain goût à la violence et la décadence. Ceci étant, c’est dans la droite lignée du premier volume, vous ne devriez donc pas être dépaysés.

   Il m’aura fallu attendre l’année 77 du règne d’Elyalë, qui représente le plus gros de ce tome, pour avoir vraiment l’impression de rentrer dans l’intrigue. Le début m’a en effet semblé être une longue introduction pour comprendre les événements de cette fameuse année. Je pense que c’est volontaire, et heureusement, les chapitres s’enchaînent bien pour ne pas ennuyer le lecteur. Globalement, ce volume m’a paru mieux construit que le précédent, plus juste dans sa structuration et ses intentions. On sent que Manon a appris depuis le premier volume, et c’est appréciable. D’autant que la fin attise la curiosité, puisque rien ne semble avoir évolué comme chacun l’avait espéré.

   Pour ce qui est du ton, nous sommes toujours dans un univers sombre et cru. Les combats y sont toujours monnaie courante, quoi qu’il me semble en avoir vu moins, du moins pas qui soient de réelles batailles, plutôt des entraînements ou des coups d’éclats. Le sexe y est souvent mêlé, mais n’est jamais lié à la notion de sentiments, inconnus des Unseelies. On assiste à moins de scènes de torture, mais il ne s’en dégage pas moins un atmosphère décadente qui peut déplaire à ceux qui n’ont pas l’habitude de récits aussi  crus. Aussi, je me dois de le répéter, mais la trilogie des Légendes Faës est vraiment destiné à un public averti, ni trop jeune ni trop sensible.

 

Conclusion

   Dans ce volume 2 des Légendes Faës, nous retrouvons Melyan et sa soeur Elyalë dans une période un peu trouble de leur vie où le Déchu, désormais libre, démontre plus que jamais sa capacité à les manipuler. La violence et la décadence sont toujours au rendez-vous dans cet univers du folklore celtique illustré par sa facette la plus sombre. On sent une réelle évolution dans la maîtrise de la mise en scène de Manon, ce qui laisse présager un final à la hauteur des attentes du lectorat. Plus qu’à lire le volume 3 pour le confirmer.

 

Envie de retrouver Melyan et Elyalë à la cour des Unseelies ? 🙂

Séparateur 4

UN APERÇU D’AILLEURS SUR

Légendes Faës – V2 : Le Déchu ?

blog-2151307__340

N’hésitez pas à faire un tour sur les autres blogs de critiques littéraires pour vous faire un meilleur avis sur le sujet. 😉

Séparateur 4

haut de page

9 réflexions sur “[Chronique Littéraire] Légendes Faës – V2 : Le Déchu, Manon Elisabeth d’Ombremont

  1. OmbreBones dit :

    Alors tout d’abord un grand merci pour ta chronique (et pour ta lecture) comme toujours détaillée et pertinente. Je suis ravie que tu décèles une amélioration dans mon écriture même si je pense que le chemin est encore long à parcourir. Surtout au niveau des descriptions, j’essaie de m’améliorer pour contenter tous les types de lecteur.
    J’espère que tu prendras plaisir à découvrir le tome 3 qui a été très difficile à écrire pour tout un tas de raison mais je suis contente d’avoir pu apporter un point final à cette saga.

    Aimé par 2 personnes

    • Eleyna dit :

      Contente qu’elle te convienne. 🙂
      Tu sais pour les descriptions, je pense que c’est difficile de savoir où placer le curseur, surtout quand on a ses propres habitudes de lecture. Puis il y a l’art et la manière. Certains descriptions sont très belles, mais pas toujours pertinentes (quand ça tranche trop avec le reste du texte par exemple) ou alors répétitives dans le procédé (genre, le personnage qui s’arrête tous les pas pour décrire un nouveau lieu, au bout d’un moment, ça peut-être fatiguant). Après, ce peut-être l’un des éléments à moduler d’un récit à l’autre pour donner un ton particulier. Enfin comme d’habitude, il y a plein de choses à tester (et pas assez de temps pour le faire ^^). 🙂
      Je te dis ça rapidement, mais je comprends que ça doit être satisfaisant (et effrayant ?) de mettre un point final à un cycle, surtout si tu as eu des difficultés pour arriver jusqu’au bout. 🙂

      Aimé par 1 personne

      • OmbreBones dit :

        Oui on ne peut de toute façon pas plaire à tout le monde mais je pense que je peux encore m’améliorer là-dessus 🙂
        C’est vrai que l’aventure a été particulièrement difficile et s’il n’y avait pas eu mon désir de terminer un cycle entamé par respect pour les lecteurs je ne suis toujours pas certaine qu’il y aurait bien eu un tome 3 🙂 J’espère qu’il sera à la hauteur des attentes !

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s