[Chronique Littéraire] Le Sens de l’Univers – T2 : Après la Destruction de l’Univers, Manu Breysse

   Un mois après la découverte du premier tome de cet univers de SF humoristique, nous revoici pour la chronique sur la suite du Sens de l’Univers : Après la Destruction de l’Univers de Manu Breysse (autoédition).

Séparateur 4

 

FICHE TECHNIQUE

 

  • Titre : Le Sens de l’Univers T2 : Après la Destruction de l’Univers51-dhw5ej7l
  • Auteur/Autrice : Manu Breysse
  • Illustrateur/Illustratrice : Pierre Gonzalès
  • Édition : autoédition
  • Collection : /
  • Genre : SF humoristique
  • Public : Adulte
  • Cycle : oui (2/3)
  • Pages : 383
  • Parution : 15 Janvier 2019
  • Langue : Français
  • Format : Numérique
  • Prix :  1,99 euros
  • ISBN : 979-10-97305-02-4
  • Lien : Manu Breysse

Résumé : Six années se sont écoulées depuis la découverte du sens de la vie. Sareth, l’ancien roi de l’Olhem, parcourt la galaxie à la recherche de créatures exotiques. Sigmufred, le psy, cherche à relancer l’industrie du psyché mais sans succès. Jah, l’alcoolique, accusé de tentative d’assassinat sur le président de la fédération galactique, a été condamné à ne plus pouvoir boire une seule goutte d’alcool. Alors que tout tourne presque rond pour eux, des créatures inconnues sont en passe de conquérir la galaxie…

Venez découvrir Sareth et ses compagnons dans leur nouvelle aventure ! Disparition de la Terre, arrangements politiques, quêtes aux limites de la galaxie… Et si tout ceci n’était qu’un moyen pour contrôler ce qui se trouve au-delà de l’univers ? Vérifiez vos modules à anti-gravité, il se pourrait que l’univers ne s’en remette pas !

Séparateur 4

 

MON AVIS

Bulle d'Eleyna Logo 2

Lu dans le cadre du Challenge Littérature de l’Imaginaire.

Lu dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire Francophone.

   Service Presse : Je remercie Manu Breysse de m’avoir accordé sa confiance pour la lecture de son second tome. D’ailleurs, si vous voulez lire la chronique du premier, c’est par ici.

 

Couverture et Accroche

   La couverture de Pierre Gonzalès garde toujours le trait un peu cartoonesque du premier tome, avec cette fois-ci une mise en scène qui en dit long sur la situation de l’Univers. Au premier plan, nous pouvons identifier Sareth, qui semble avoir bien évolué depuis son précédent voyage, et qui se retrouve en charmante compagnie. Mais j’imagine que vous serez plus intrigués par le duel au second plan entre un dauphin en armure et un vaisseau avec un crâne. Dommage que les proportions ne laissent pas imaginer à quel point un dauphin en armure est réellement impressionnant. ^^

   Si vous avez lu le premier tome, le résumé peut vous laisser perplexe. En effet, la fin semblait comme qui dirait… annoncer une autre fin. ^^ Rassurez-vous, ce n’est pas un malheureux oubli de l’auteur, cela a du sens, bien qu’on ne sache pas encore lequel. La première partie du résumé est assez fidèle dans l’intention des premiers chapitres, comme il est vrai que nous allons sauter d’un point de vue à l’autre.

 

Prose et Structure

   J’ai été assez étonnée, dans le bon sens du terme. En vérité, je me suis demandée combien d’années séparaient l’écriture des deux tomes, car on sent une réelle évolution dans la mise en scène et la place accordée à l’introspection. Même si l’histoire est riche en rebondissements, on a enfin le temps de comprendre les motivations des personnages, ou même de visualiser correctement les scènes d’action (ce qui n’était pas toujours évident dans le premier tant tout s’enchaînait vite).

   Concernant la particularité de la narration, à savoir que celle-ci s’inspire du narrateur omniscient de H2G2 de Douglas Adams, elle est toujours bien présente. Ainsi, le narrateur, intervient régulièrement auprès du lecteur pour lui expliquer des détails plus ou moins pertinents en rapport avec la situation actuelle ou les propos tenus. J’ai eu l’impression que cette intervention était moins régulière mais plus longue que dans le tome 1. Je ne sais pas vraiment si je préfère cette façon de faire, comme je trouvais en de rares occasions cela un peu trop long. De même, je ne sais pas s’il s’agit d’une simple impression, mais il m’a semblé que le narrateur avait un peu plus de caractère, avec des idées arrêtées sur certains sujets. Cela plait ou ne plait pas, en tout cas, ça fonctionne bien dans la plupart des cas.

   Pour ce qui est de la structure du récit, nous retrouvons le découpage en chapitres, eux-mêmes découpés en points de vue. Beaucoup de points de vue… et qui ne se suivent pas tous dans le temps. Même si la plupart sont signalés par le nom du protagoniste principal ou par un mot qui décrit la position ou la situation des personnages, je dois avouer que les premiers chapitres n’étaient pas les plus évidents à suivre. Il faut un certain temps pour prendre le rythme du récit, comme on nous lance d’un bout à l’autre de l’univers au contact d’une foule d’individus. Une fois ceci fait, on  y prend goût, même si personnellement, j’ai eu peur que certains personnages soient oubliés en court de route.

 

Personnages et Figurants

   Comme j’ai pu le mentionner, les personnages sont très, très nombreux. Et beaucoup servent de points de vue. Autant dire qu’il ne faut pas se lancer dans l’aventure sans apprécier un minimum les romans chorales.

   Bien entendu, nous retrouvons Sareth, l’ex-dictateur olhémite, devenu journaliste animalier à travers la galaxie. Le personnage a bien évolué, et il est désormais plus facile de suivre ses interactions avec le reste d’un univers récemment découvert, comme on prend enfin le temps de bien comprendre sa psyché. Il ne connait pas tout du nouveau monde qui l’entoure, mais il en connait désormais suffisamment pour partir seul au devant de l’aventure. Enfin seul… disons que monsieur s’est dit qu’il pourrait faire quelques rencontres galantes pour compenser l’absence de ses épouses. Or l’une de ses rencontres évolue de façon imprévue. ^^

   La fameuse rencontre, c’est Amandine, une Humaine qui ne semble pas être tout à fait ce qu’elle semble être. Déjà, elle parle de la Terre comme si elle la connaissait bien, alors que tout le monde sait que ça fait des milliers d’années que la planète a disparu. Et puis, elle tient absolument à suivre Sareth qui, tombé amoureux, ne se pose pas de question. Pourtant, il y a de la sincérité chez cette femme, en même temps qu’un besoin de garder ses distances, qui s’explique par son vécu. C’est le premier personnage féminin que je trouve sympathique dans le cycle, et je dois dire que ça fait plaisir de la suivre.

   Jah est de retour, et en double dose cette fois. En effet, le pauvre ex-alcoolique, non content d’être accusé de tentative d’assassinat, se voit affubler d’un double. Ou peut-être est-ce lui qui est un double. Bref, nous voici avec Jah 1 et Jah 2, un peu plus intelligents que dans le premier tome, mais toujours un peu à la traîne. J’ai apprécié qu’il ait plus d’importance dans ce tome, même si j’avoue avoir été surprise par la disparition subite de l’un des gaillards sans qu’on en donne la moindre explication.

   Sigmufred n’est pas mieux loti. Après l’expérience du premier tome, il pensait rencontrer le succès en écrivant un livre sur le sens de la vie. Or, celui-ci est un échec, sa fille a quitté le domicile familiale et il se voit seconder par Arvin, un robot très intelligent et dépressif. Ayant perdu toute sa combativité, il se laisse un peu allé, jusqu’à ce que les circonstances (et un robot dépressif donc ^^) l’emmènent bien malgré lui à l’autre bout de la galaxie. Lui aussi a bien évolué. Moins autoritaire, moins sûr de lui, moins responsable aussi, il est un peu perdu au milieu d’une ribambelle d’individus qui ont tous des objectifs fixes. Et ce n’est pas la rencontre avec une étrange identité qui va l’aider à se réaffirmer.

   Je ne vais pas m’étendre sur tous les personnages, mais sachez qu’on retrouve des anciens, comme un certain Dauphin qui a perdu un peu de sa répartie, une certaine antagoniste qui a pas mal évolué mentalement, une certaine divinité qui gère toujours aussi mal la situation, la fille de Sigmufred et son piut incroyablement chanceux… Tous n’ont pas la même importance, même si j’espère que celle-ci prendra davantage de sens dans le dernier tome.

   Il y a de nombreux nouveaux protagonistes, un peu trop, surtout quand on doit les retrouver après plusieurs centaines de pages. Si j’ai adoré suivre le point de vue de l’antagoniste dont on ne connait le nom qu’assez tardivement, j’ai eu plus de difficultés à me remettre en tête les identités d’Azouz, Asdout et autres noms parfois assez semblables. C’est un fait assez rare, mais pour l’occasion, je me suis demandée s’il n’y avait pas un peu trop d’individus mentionnés dans ce tome (surtout que je me demande toujours ce qu’est devenu ce soldat enlevé par les Mmh… oui  je focalise sur du détail parfois). Après, il ne s’agit que de mon impression personnelle, et d’autres ne seront probablement pas gênés par la multiplication des personnages.

 

Univers et Peintures

   Nous retrouvons notre chère galaxie, ses diverses planètes habitables, ses diverses populations, ses divers moyens de transport et ses perturbations dimensionnelles. On reste dans la continuité de ce que l’on avait découvert dans le premier tome, avec des ajouts ponctuels. Pour votre plus grand plaisir vous retrouverez ainsi la planète Xantharis avec ces punaises fourre-tout, d’immenses monstruosités à mandibules toujours en rut dont il ne vaut mieux pas croiser le chemin. Vous rencontrerez aussi les Dauphins qui délaisseront leur bocal pour une impressionnante armure de combat (voire la couverture). Vous ferez la connaissance des Artéchoums et de leur incroyable puissance militaire. Vous découvrirez de nouvelles créatures issues d’autres dimensions ou d’origine mythologique comme le célèbre sphinx. Et surtout, vous traverserez des portes, beaucoup de portes. ^^

   L’un des points qui plaira le plus aux lecteurs, c’est certainement les innombrables références culturelles. Je les ai trouvé plus nombreuses et plus diversifiées, quoi que je ne pourrais dire si ce n’est pas simplement qu’elles sont plus accessibles que dans le premier. Certaines en effet sont assez évidentes, comme quelques individus venus d’une galaxie lointaine, très lointaine, dotés de sabres lasers. D’autres sont un peu plus subtiles, et il y en a probablement un certain nombre que je ne connais pas. C’était vraiment amusant de les découvrir à chaque fois et je suis sûre que cela ravira les plus connaisseurs des lecteurs. 🙂

 

Intrigues et Rouages

    Alors qu’au cours de ses voyages, Sareth fait la rencontre d’une surprenante humaine, que Jah s’échappe de l’institut qui l’a sevré de son addiction à l’alcool et que Sigmufred envisage de se suicider sous les yeux d’un robot dépressif, une force armée colossale venue d’on ne sait où frappe les points vitaux de la galaxie. S’en est fini de Xantharis, la dictature militaire que personne n’aurait osé attaquer. S’en est aussi fini de Krypton, la planète refuge des Dauphins où il serait possible de rencontrer une certaine divinité. Mais que sont venus chercher ces extraterrestres verts, les Artéchoums, dirigés par un maître implacable ? Bien malgré eux, nos protagonistes du premier tome vont se retrouver sur le chemin de cette terrible armada.

   Bien qu’on saute d’un point de vue à l’autre, ce qui nous éloigne parfois de l’intrigue principale, j’ai trouvé l’histoire plus attrayante que dans le tome 1. La tension résultant de cette conquête éclair orchestrée par le maître des Artéchoums, et la conviction grandissante que rien ne puisse suffire à les arrêter, jouent pour beaucoup. De même que les motivations plus limpides des personnages rendent leurs prises de décision plus faciles à comprendre, ce qui m’a davantage disposée à leur accorder ma sympathie. Il n’y a pas vraiment de temps morts, et la quête principale tentaculaire est prenante. Je me suis sentie moins concernée par les situations annexes, mais c’est personnel, puisque je n’ai par exemple pas de réelle sympathie pour la fille de Sigmufred et son animal de compagnie.

   Je suis moins convaincue par certaines interventions du narrateur, qui m’ont parfois paru trop appuyer sur leur aspect scientifique. Autant dans le premier, il me semblait que cet aspect était volontaire, une caricature de l’excès d’informations données au lecteur pour comprendre une situation. Autant ici, j’en était moins certaine, parce que ça arrive plus souvent. Cela n’empêche pas de lire, et on peut en effet apprendre des choses, mais en de rares occasions, j’ai eu l’impression que l’on me donnait une leçon. Or, mélangé avec les interventions non neutres du narrateurs, ça peut paraître gênant. Après, il s’agit d’un impression, et cela dépendra probablement de la sensibilité de chacun.

 

Conclusion et Avis général

   Après la Destruction de l’Univers nous embarque dans une nouvelle aventure en compagnie de Sareth et ses amis dans un univers de science-fiction humoristique inspiré de H2G2. Si j’ai perçu une évolution dans la mise en scène qui amène à une intrigue prenante, et une amélioration de l’introspection qui rend les personnages plus attachants que dans le premier tome, je regrette un nombre important de points de vue, qui peut rendre la lecture des premiers chapitres un peu complexe. Reste que les interventions du narrateur omniscient et les nombreuses références culturelles devraient ravir les plus connaisseurs. 🙂

 

Voulez-vous savoir pourquoi la galaxie est envahie ? 🙂

Séparateur 4

UN APERÇU D’AILLEURS SUR

Le Sens de l’Univers T2 : Après la Destruction de l’Univers ?

blog-2151307__340

N’hésitez pas à faire un tour sur les autres blogs de critiques littéraires pour vous faire un meilleur avis sur le sujet. 😉

Séparateur 4

haut de page

Publicités

Une réflexion sur “[Chronique Littéraire] Le Sens de l’Univers – T2 : Après la Destruction de l’Univers, Manu Breysse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s