[Bilan] Bulles d’Imaginaire 2018

   Pour ce premier article de l’année 2019 (enfin, le second sans compter celui de Bonne Année), j’ai voulu faire un résumé de mes activités liées à l’imaginaire de 2018 (pour l’aspect blog, ça viendra peut-être la semaine prochaine). Aller, un, deux, trois ! Sautons le pas pour un petit retour dans le temps.

 

Les livres de l’Imaginaire

   J’ai lu pas mal de livres en 2018, bien plus que durant les dernières années où j’avais un peu abandonné la lecture, mais bien moins que la plupart des blogueurs littéraires (on ne joue pas du tout dans la même catégorie ^^). Ce regain de lecture est notamment du au challenge du Printemps de l’Imaginaire Francophone (PIF), premier défi lecture auquel je participe. Je n’ai pas pris le temps de chroniquer tout ce que j’ai pu lire durant l’année, notamment les BD ou les tomes de cycles déjà entamés. J’ai aussi décidé de maintenir mon cap, à savoir parler des œuvres francophones peu connues en priorité. L’esprit humain étant ce qu’il est, ne pas parler de ce qui fait le buzz revient un peu à parler tout seul. Néanmoins, j’espère que mes articles atteignent leur but, à savoir faire découvrir à certains d’entre vous une autre facette de l’Imaginaire Francophone. 😉

   Au final, j’aurais chroniqué 37 ouvrages durant l’année 2018, dont 6 en Service Presse (SP). La répartition est plutôt équilibrée entre le fantastique, la fantasy, la science-fiction et le steampunk/uchronie, je suis assez satisfaite d’avoir pu découvrir tant d’univers distincts. Et comme je n’aime pas trop faire des classements, je vais plutôt parler des livres qui m’ont marquée.

Bulles Livresques 2018

Bulle d'Eleyna Logo 2

  • Les-enfants-du-passeLes Enfants du Passé de Luce Basseterre (Voy'[el]) : J’aurais pu choisir le second livre de l’autrice (La Débusqueuse de Mondes) qui se passe dans le même univers de space opera, tant les deux livres m’ont touchée. J’ai choisi celui-ci, parce qu’il a ce petit plus d’une romance homosexuelle vraiment bien menée. Moi qui ne suis pas très romance, j’ai trouvé que celle-ci s’intégrait parfaitement à l’intrigue principale, Djaël et Oshi étant en parfaite osmose entre eux, mais aussi avec leur environnement. On perçoit l’étendue d’un univers de science-fiction complexe et pourtant agréable d’accessibilité, avec un sous-texte très humaniste et actuel.

 

  • 51jSiEZtR1L._SX195_Le Souffle des Muses – T1 : La gardienne des Chimères, Sébastien Reymond-Laruinaz (autoédition) : On oublie les coquilles et autres problèmes de ponctuation, et on se concentre sur l’excellent univers de l’auteur, tout en humour et en clins d’œil. Si vous êtes du genre à apprécier la fantasy humoristique au contenu riche, foisonnant et unique en son genre, je vous le conseille vraiment, vous ne serez pas déçus du voyage. Embarquez donc avec Gaelyn sur la Mer Sucrière avec son biotope dignes de figurer parmi les meilleures friandises, découvrez la cité des Senseurs où la vie est comme une boîte de chocolats, profitez des spectacles à base de bulles de savon qui assurent à elles seuls les effets visuelles et sonores… Bref, venez donc explorer ce nouveau monde plein de loufoqueries.

 

  • wake-the-deadWake the dead, Frédérick Czilinder (Armada) : Au risque d’étonner, compte tenu des avis mitigés sur ce livre, pour moi, c’est une réussite. Pourquoi ? Parce que ce pour quoi on le critique est une volonté ostensible de l’auteur. Il s’agit d’un pur hommage aux teen movies horrifiques, avec tous les plus gros clichés du genre, du découpage horaire hollywoodien, aux personnages caricaturaux des petites villes américaines, en passant par la traditionnelle levée de zombies le soir d’Halloween. Ce livre, c’est une friandise pour les gourmands nostalgiques des pommes d’amour qui tombent sous les hurlements de la foule effrayée, ça se savoure avec tout le plaisir de connaître le moindre détail de cette farce cruelle mise en lumière par les lueurs de la fête foraine. Aller, tentez l’expérience de lire un film. 😉

 

Les films de l’Imaginaire

    J’ai toujours été une adepte du grand écran, j’ai donc l’habitude de me rendre régulièrement au cinéma. Durant l’année 2018, je suis allée voir près de 60 films, tout genre confondu. Si je devais compter ceux classés par la critique dans les genres de l’imaginaire (donc hors action, thriller, historique, biopic…), je pense qu’on tombe à une trentaine. Ce qui est déjà pas mal, même si je regrette un peu qu’il n’y ai pas plus de films de genre francophones et que le marché soit en partie saturé par la mode des super-héros. Pareil que pour les livres, pas de classement, mais une sélection de ce qui m’a marqué.

Bulles Cinématographiques 2018

Bulle d'Eleyna Logo 2

  • 0883250Aquaman et Black Panther : J‘ai hésité entre Aquaman et Balck Panther pour la palme du film de super-héros (obligé, il y en a au moins une demi-douzaine par an), puis je me suis dit que les deux méritaient la place. Après tout, ils ont pas mal de points en communs, notamment un bon équilibre entre action, narration, introspection et humour (surtout ce dernier point, merci). Ils ont aussi un 225x300-3esthétisme qui leur est propre et qui les distingue des autres films de leur franchise respective. Si Black Panther sera certainement vendu par la critique comme meilleur que Aquaman parce qu’il parle de sujets contemporains, le film de DC a le mérite de se rapprocher davantage d’un esprit comic book et de mieux gérer ses effets visuels (les ralentis y sont bien plus justifiés par exemple). Bref, visionnez les deux.

 

  • 6eb8cc30b4f43f260bbe90a6f419559dDans la brume : Tout simplement parce que c’est l’un des rares films de science-fiction français que j’ai pu voir ces dernières années à faire un certain effort pour avoir une cohérence visuelle avec la mise en scène assez lente du cinéma francophone. Ici, pas d’explosions à tout va, pas d’usages massifs d’armes, pas de créatures grotesques, mais un ennemi mortel difficile à combattre, d’autant que la survie est tout autant une course contre la montre qu’une acceptation de ses propres faiblesses. Bref, même si ce n’est pas le meilleur film de SF, je pense qu’il mérite d’être connu, notamment pour permettre au cinéma de genre français d’évoluer.

 

  • 1293980La forme de l’eau : Un choix facile, il n’a pas beaucoup de concurrence dans sa catégorie. Une fois encore, Guillermo del Toro présente une fable fantastique romanesque et tragique pour nous parler de la différence, cette force de l’humanité si mal considérée. Ici, les personnages sont rejetés pour leurs particularités, mais s’illustrent par leur bienveillance et leur volonté à rester soudés face à l’adversité. Pas de victimisation (vous savez, ce sport national qui permet de rejeter la faute sur autrui), non une ode sombre et poétique à la tolérance.

 

  • 327024720490e3448f03b602bca2a205L’île aux chiens : Un film d’animation pour adulte qui a pour lui une technique incroyable qui consiste à animer plan par plan plusieurs milliers de marionnettes de différentes tailles. Une prouesse qui mérite d’être vue. L’esthétique est donc assez particulière, avec une imagerie peu colorée, et sert un propos très actuel sur l’acceptation de l’autre, la manipulation des foules, l’exclusions de certaines communautés.

 

 

Les jeux de l’Imaginaire

    Je n’ai pas vraiment eu l’occasion d’en parler, parce que je ne sais pas trop par quel bout prendre ces œuvres dont l’univers est souvent très vaste et complexe. J’avais donc commencé par des chroniques sur des jeux mobiles, plus simples à expliquer. En vérité, je suis davantage emballée par les RPG  au monde fourni et avec des mécaniques scénaristiques complexes « à choix multiples ». J’aurais bien orienté mes articles sur les mécaniques de narration, les intrigues ou le développement de l’univers, plutôt que sur la jouabilité, la modélisation ou la bande son. Cependant, je ne suis plus certaine de me lancer dans un tel projet, j’ai peur que ce soit trop fastidieux pour ce que cela pourrait m’apporter. Je vous mets quand même deux exemples, et si jamais vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Bulles Vidéoludiques 2018

Bulle d'Eleyna Logo 2

  • DivinityLaunchHERO-heroDivinity Original Sin 1 et 2 : Les Divinity Original Sin sont des RPG à l’ancienne, avec des combats au tour par tour qui impliquent une grande maîtrise du gameplay. Autant dire que ce sont des jeux plutôt pour les habitués du genre, car vous avez vite fait de mourir dès les premiers combats. Le jeu est très complet, avec de l’artisanat, de la collecte, des arbres de compétences, des cartes vastes bourrées de personnages et de quêtes, tellement qu’il est facile de s’y perdre. Mais c’est ce qui est plaisant, effleurer la complexité et l’étendue de l’univers, se sentir libre d’agir sans obligation de suivre un scénario minuté à la seconde près, se prendre la tête pour résoudre une énigme ou une situation, lire la moindre légende qui traîne… Bref, DOS 1 et 2 ne sont pas parfaits, mais il est très facile de s’y promener plusieurs dizaines d’heures.

 

  • 91bh4zpg-pl-_sx342_InFamous 1 et 2 : Ces jeux sortis sur PS3 datent un peu, mais je ne m’y étais jamais vraiment mise. J’avais commencé le premier que j’avais abandonné, la faute à une répétitivité dans les actions (car le jeu est plus action que RPG). Je l’ai repris cette année et cette fois, j’ai enchaîné les deux, car j’aime quand même le principe de karma qui force à faire des choix, cela permet de se raccrocher à l’histoire et de passer outre la répétitivité en se demandant quel impact peuvent avoir nos décisions. J’aurais aimé pousser davantage le concept, mais il y a une différence entre ce qu’on peut imaginer et ce qu’on peut entrer dans une ligne de code. 😉

 

Les sorties de l’Imaginaire

   Je ne vais mentionner qu’une seule sortie, un salon du livre plutôt convivial fait avec deux amies (bisous les filles ❤ ). Les personnes présentes étaient toutes aimables et sympathiques, mais je retiendrai surtout le moment passé au stand d’Armada. Vraiment, les auteurs y étaient passionnés et nous ont parlé aussi bien de leurs univers que ceux de leurs collègues absents avec des yeux qui pétillaient d’une passion sincère. Si ça pouvait être aussi simple à chaque rencontre humaine… 😉

 

Et vous, quel est votre bilan « Imaginaire » de l’année 2018 ? 🙂

Séparateur 4

Publicités

5 réflexions sur “[Bilan] Bulles d’Imaginaire 2018

  1. Symphonie dit :

    (Bisous 😉 Comme toi, j’ai passé un super moment au salon, avec des auteurs à la fois accessibles et passionnés 🙂 je n’ai toujours pas lu les enfants du passé de luce basseterre, que je me garde pour le printemps de l’imaginaire 2019 (Oui, j’ai déjà commencé une liste, mais ça va dépendre de mes récompenses d’écriture ^^). Quoi qu’il en soit, j’aime bien le fait que tu te concentres sur des auteurs peu connus, pour lesquels on trouve pas ou peu de chroniques, et qu’on ne connaîtrait pas sans celles ci 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. John Évasion dit :

    Beau Bilan. C’est chouette de proposer en plus des livres les jeux et tes sorties cinés 🙂 je me dis que je devrais peut-être me diversifier à ce niveau-là sur mon Blog. J’ai bien aimé ton parallèle entre Black Panther et Aquaman.
    En espérant que 2019 te fasse découvrir bcp de nouveautés 😀 (et arrête de dire que tu joues pas dans la même cour que les autres, blablablaaa, on fait tous ce qu’on aime et chacun sa particularité, je trouve ton Blog vraiment chouette et je suis sûr que tes stats ne doivent pas rougir. Après, si on doit comparer à des Apophis, on est tous surclassés lol).

    Aimé par 1 personne

    • bulledeleyna dit :

      Merci. 😀
      J’espère aussi pouvoir faire de nouvelles découvertes imaginaires dans les différents formats. Je trouve ça tellement passionnant et instructif. Par exemple, on se penche rarement sur les mécaniques scénaristiques ou sur l’écriture de l’intrigue des jeux vidéos, mais certains n’ont rien à envier aux livres.

      Ah tu sais, je tenais juste à rappeler aux lecteurs qui passent par ici que j’ai conscience de ne pas être une chroniqueuse, juste une personne qui cherche à partager ses réactions sur des œuvres de l’imaginaire, souvent peu connues donc assez logiquement, pour lesquelles il est plus difficiles d’obtenir des échanges (les stats, c’est rien, je préférerais savoir que mes articles invitent quelques lecteurs à découvrir ces auteurs indés ou ces petites ME 🙂 ). Mais heureusement que les blogs ont tous des particularités, ce serait triste autrement. ^^

      Merci pour tes compliments en tout cas. 😀

      Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s