[Chronique in Game] Ankora (Androïd)

   Nouveau petit jeu des développeurs de Chibig, Ankora, de la Deiland’Saga.

Séparateur 4

 

FICHE TECHNIQUE

 

  • Titre : Ankoraankora-jeu
  • Développeur : Chibig
  • Support : Androïd
  • Genre : Aventure, Bac à sable
  • Public : Tout public
  • Saga : Oui (2/?)
  • VO : Espagnol
  • Traduction : Français
  • Prix : gratuit sur smartphone
  • Lien : Ankora

Résumé : Mûn l’exploratrice de la Patrouille Interstellaire Équipe 5, est victime d’un terrible accident avec son vaisseau et doit procéder à un atterrissage d’urgence sur la planète Ankora. C’est une très grande planète pleine de contrastes et de monstres dangereux. Mais Mûn est une brave exploratrice avec de bonnes compétences de survie et elle fera face à cette aventure sans avoir peur.

Le seul moyen d’appeler des secours est de fabriquer un émetteur-récepteur à l’aide des morceaux du vaisseau éparpillé sur la planète. Avec toutes les pièces, elle sera capable de construire une antenne afin d’envoyer un signal de détresse.

La vie sur la planète Ankora n’est pas facile. Pour survivre, Mûn doit surmonter la faim et la soif, trouver de la nourriture et de l’eau, cuisiner ses propres repas et combattre les éléments : la pluie, le vent glacial des terres du nord et la chaleur du désert aride ainsi que les longues nuits pleines de danger.

Mais elle va recevoir une aide inattendue : les ANKs. Les ANKs sont un peuple primitif vivant en harmonie sur Ankora depuis la nuit des temps. Ils ont bon coeur et son divisé en différentes tribus occupant des postes différents : fermiers, pêcheurs, marchands, artisans, chasseurs et Sages.

Mûn a beaucoup à apprendre des ANKs qui seront heureux de partager avec elle leur culture : lui apprendre à fabriquer des outils, construire des structures, des bijoux, cuisiner toutes sortes de plats et même des potions magiques. En retour Mûn leur apportera son aide à travers d’innombrables missions, se spécialisant dans les rôles de chaque tribus, devenant une Ank de coeur.

Séparateur 4

 

MON AVIS

Bulle d'Eleyna Logo 2

Second jeu de la Deiland’Saga, dont la première chronique se trouve ici.

 

Univers et Personnages

    Nous retrouvons l’univers de Deiland, inspirée du Petit Prince avec ses planètes minuscules où on en fait le tour en quelques pas, ce qui n’empêche pas d’y construire sa maison et de faire pousser ses radis. Nous abandonnons le prince Arco, héros du premier jeu, pour suivre Mûn, l’exploratrice qui lui rendait parfois visite afin de lui vendre quelques babioles récupérées sur les monstres.

Ankora1

Un petit coin de verdure tout en relief

Comme le résumé l’indique, Mûn rencontre un problème avec son vaisseau et s’écrase sur une planète, fort heureusement habitée. Bien plus grande que la planète d’Arco, Ankora s’offre le luxe d’un changement de décors selon que Mûn traverse les tropiques ou les extrémités du globe. Ainsi, l’exploratrice échoue dans une zone tempérée, mais elle pourra tout aussi bien traversé des zones de pineraies, des étendues désertiques ou des vallées cultivées. De quoi profiter à fond de l’exploration des lieux.

   Mûn elle-même est un personnage bien plus agréable à jouer qu’Arco. Et pour cause, elle parle bien plus souvent que le prince. En effet, elle réagit à de nombreuses choses, notamment grâce à l’évolution du système de jeu, et pourra notamment se plaindre d’avoir froid ou faim. Mais elle est surtout en contact avec un peuple autochtone, les Anks, primordial pour initier des échanges et un scénario qui manquaient au premier jeu. Ainsi, Mûn se verra confier des tâches par les différents membres de ce peuple, et elle se fera un réel plaisir de les aider. En effet, Mûn est une jeune femme courageuse et empathique. Même si elle garde en tête sa mission première, récupérer les morceaux de son vaisseau afin de pouvoir envoyer un signal de détresse, elle ne part pas moins aux quatre coins de la planète pour aider par exemple une jeune fille à déclarer sa flamme à son amoureux du grand nord. Touchant.

   Il y a une assez grande variété de personnages, en comparaison de Deiland, ce qui est agréable et permet de découvrir différentes personnalités, qui donneront chacun à leur façon des informations sur Ankora et ce qui y rôde. Le jeu restant accessible à tous et notamment aux enfants, il ne faut certes pas s’attendre à de grandes révélations, des personnalités troubles ou des choix moraux, tout est orienté pour avoir une expérience de jeu sympathique et joyeuse (avec peut-être le départ d’un personnage qui pourra marquer les plus jeunes).

 

Jouabilité et Scénario

map-ankora

Chaque case est un morceau de carte explorable

   Le système de jeu a radicalement changé depuis Deiland, et j’ai envie de dire pour le mieux. Là où vous n’aviez autrefois qu’une petite planète ronde à explorer, ici, on vous perd sur une véritable map plate et divisée en zones rectangulaires formant un immense quadrillage de plus de 150 cases. Autant vous dire que vous en avez pour un moment avant d’avoir votre carte à jour. Chaque case est un véritable casse-tête en relief (voir première image), et il ne sera pas toujours possible d’accéder immédiatement aux différentes directions (Nord, Sud, Est, Ouest) pour changer de case. En effet, Mûn doit obtenir des outils, comme la pelle pour creuser le sol et l’aplanir devant elle. Elle devra aussi construire des ponts et pour cela, récupérer de la pierre ou du bois, parfois en d’autres endroits de la map.

   L’exploration est cependant limitée par les contraintes physiques de Mûn. En effet le jeu évolue vers un aspect plus RPG que dans Deiland. Cette fois, le personnage ne se contente pas de faire les choses comme un automate, il a des réserves d’énergie qui baissent à chaque action. Mûn a 4 jauges correspondant à la faim, la soif, le froid et l’énergie, et se verra perdre un peu de vie dès que l’une d’elles arrivent à 100%, ce qui est assez rapide au début. Vous voilà donc aussi contraint de trouver de la nourriture, de construire des puits ou des feux de camp et de vous reposer régulièrement. De même, l’exploratrice refuse d’avancer dans le noir et même si elle a une lampe torche, celle-ci se décharge vite, vous obligeant à attendre le lever du jour. Ce peut-être contraignant pour certains, ma foi ça donne tout le piment de l’exploration en un jeu plus réaliste que celui avec Arco, automate mutique pas blasé de casser de la pierre à longueur de journée.

   La map est très grande, mais le scénario vous fait grâce de retours en arrière sur cinquante cases en vous offrant l’accès à des systèmes de téléportation fixes. Vous avez aussi à tout moment accès à la téléportation de base, qui vous ramène à votre vaisseau où que vous soyez sur Ankora. Pratique, notamment lorsqu’on est à court de place dans l’inventaire. Car oui, contrairement à Arco, Mûn a un inventaire limité à 150 objets. Heureusement, le vaisseau, lui, possède une soute illimitée.

   Comme dans Deiland, Mûn croisera des monstres à combattre et qui laisse derrière eux des objets. Je ne sais pas si j’ai personnellement eu un bug ou si c’est le jeu lui-même qui est ainsi, mais c’est clairement la partie qui pêche dans l’expérience de jeu. Comme Arco, Mûn entame un combat et se contente de taper. Mais, contrairement au prince, elle tape une fois quand le monstre tape 5 à 6 fois. Autant dire que le plus petit combat peu devenir rapidement difficile à remporter quand on a un personnage amorphe qui regarde sa vie baisser sans réagir. Heureusement la plupart des monstres ne tapent pas trop forts. Mais quand on tombe sur ceux capables de se régénérer, autant dire que ça se joue à pile ou face.

    L’exploration, les actions et les combats vous font gagner de l’expérience et donc des niveaux. A chaque niveau, vous avez un point de compétence à attribuer en agilité, endurance, force ou intelligence. Sachant que l’agilité sert à augmenter sa vitesse au combat et que je n’ai personnellement pas vu d’évolution dans ses derniers, je pense que c’est plus accessoire qu’autre chose et que vous tromper dans la distribution des points ne sera pas une fatalité (de toute façon, c’est un jeu familial, normalement ^^).

   Le scénario est simple mais efficace, la plupart des quêtes données par les Anks se recoupent. Il n’y a en réalité pas de quêtes secondaires, car même si votre but premier est de réunir certains objets, ce sont les quêtes en apparence annexes qui vous donne les outils ou les recettes nécessaires à l’accomplissement de ces tâches. Tout est donc lié, et si ce n’est l’exploration complète de la carte, vous vous retrouverez normalement à remplir tous les objectifs sans le moindre effort.

 

Graphisme et Musique

Ankora2

Les dessins sont vraiment sympas

   Nous retrouvons le graphisme propre au studio Chibig, à savoir un univers coloré et dépaysant, des personnages aux traits ronds (comme les chibis, d’où le nom du studio… bref… ^^), un environnement plutôt doux et sympathique qui permet un accès à tous les publics. Ici cependant, on abandonne la planète ronde et on s’offre un environnement carré. Les cartes délimitées et quadrillées rappelleront sûrement quelques souvenirs aux fans de jeux tactiques au tour par tour, mais aussi à ceux habitués à Minecraft où il faut construire son propre environnement. Le tout est plutôt joli et agréable à l’œil, même si parfois les reliefs inégaux peuvent être gênants dans la visualisation des sorties de la carte (il vous faudra alors la faire tourner). Petit coup de cœur pour les visuels dessinés pour la distribution des points de compétences, mais aussi pour les changements d’humeur de Mûn, ils sont vraiment très mignons.

   La musique n’est pas exceptionnelle, mais elle aura tendance à rester en tête, comme toutes les musiques un peu répétitives propres à ce type de support (avouons que ce n’est pas sur Androïd que nous trouvons une large variété en la matière). Le bruitage est assez bon, même si j’ai commencé à avoir en horreur les cris de Mûn chaque fois qu’elle se prend un coup en combat (et comme elle ne fait que ça… ^^).

 

Installation et Fonctionnement

   Une fois n’est pas coutume pour ce studio, le jeu est gratuit et se télécharge sans vous demander le détail de votre vie privée ou l’accès à des fichiers personnels. Le jeu est de la même taille que son prédécesseur, environ 110 Mo, ce qui est léger vu la qualité du jeu. Il n’y a pas besoin d’accès internet pour y jouer et le jeu tourne très bien sans le moindre ralentissement.

   La publicité est dispensable, mais elle peut être accessible en vous connectant, si vous avez besoin d’un coup de pouce en matériau ou objets. De même, la boutique vous propose l’acquisition d’un arc, objet de combat que vous n’obtiendrez pas sans dépenser un peu d’argent réel. Là encore, c’est dispensable, mais si vous voulez soutenir le studio, ça peut être l’occasion de compléter votre panoplie.

   La traduction française est toujours aussi bonne, je pense qu’on peut remercier ce type de studio qui accepte de traduire leur jeu dans de si nombreuses langues afin de le rendre accessible au plus grand nombre. Comme quoi, on peut sentir le côté éducatif de leur démarche dans de petits détails de grande importance. ^^

 

Conclusion et Avis général

   Second jeu de la saga Deiland, Ankora s’éloigne un peu de l’expérience simple et apaisée du seul bac à sable, pour offrir aux joueur une réelle aventure scénarisée. Ainsi, vous suivez Mûn dans son exploration de la planète riche et variée, dotés de vos outils qui vous permettent de façonner à votre guise les paysages en relief qui s’offrent à vous. Les personnages, assez nombreux, vous proposent des quêtes variées qui limitent l’impression de répétitivité. Autant dire que vous ne verrez pas le temps passer.

 

Qui est prêt à suivre Mûn dans ses aventures sur Ankora ? 😉

Séparateur 4

haut de page

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s