[Mois Ciné] Octobre 2018

Courte chronique ciné pour le mois d’octobre, mais qui reste quand même variée. 😉

(Dilili à Paris – Un peuple et son Roi – Venom)

Séparateur 4

Alerte : avis totalement subjectifs en perspective et fortes probabilités de spoilers. 😉

 

Dilili à Paris

360x480Animation de Michel Ocelot

 

Dans le Paris de la Belle Epoque, en compagnie d’un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle rencontre des hommes et des femmes extraordinaires, qui lui donnent des indices. Elle découvre sous terre des méchants très particuliers, les Mâles-Maîtres. Les deux amis lutteront avec entrain pour une vie active dans la lumière et le vivre-ensemble…

Mon avis

   Ceci est le nouveau film d’animation de Michel Ocelot, à l’origine de Kirikou et la sorcière. Autant dire que visuellement c’est un travail esthétique des plus surprenants. On retrouve ainsi des personnages animés et hauts en couleur qui évoluent dans de véritables photographies de Paris, retouchées à l’occasion. Une fois encore, les thématiques du film sont fortes et ont clairement un but éducatif destiné à son jeune public (mais aussi aux adultes 😉 ). Le mot d’ordre est la tolérance, le respect et le savoir vivre ensemble, ce qui est clairement mis en scène par des groupes d’individus très tranchés. Autant dire que les méchants se voient à leur tête, et les innombrables célébrités de l’époque (Emma Calvé, Picasso, Pasteur ou encore Colette) sont tous irréprochables dans leur perception des autres. Un seul personnage aura un comportement ambigu, le chauffeur de la cantatrice Emma Calvé, à mon sens le meilleur personnage de l’histoire (non, mais tout le monde sait que je préfère la nuance ^^). Pour son intrigue, Michel Ocelot a voulu s’emparer d’une thématique d’actualité, et malheureusement, c’est là que ça pèche. A vouloir parler du sexisme et de la discrimination faite aux femmes en plus du racisme et du métissage, il s’est un peu emmêlé les pinceaux et offre un scénario décousu, un brin trop sombre et un final qui va à l’encontre même du propos du film. A choisir, j’aurais préféré qu’il reste sur la découverte ludique des artistes de la Belle Epoque et la thématique du racisme. A voir si vous avez aimé les autres films de Michel Ocelot ou si vous adorez les caméos de célébrités. 😉

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Un peuple et son roi

13735dd43bd763e5097893f572a742d4

Historique de Pierre Schoeller

Avec Laurent Lafitte, Louis Garrel, Denis Lavant

En 1789, un peuple est entré en révolution. Écoutons-le. Il a des choses à nous dire. Un peuple et son roi croise les destins d’hommes et de femmes du peuple, et de figures historiques. Leur lieu de rencontre est la toute jeune Assemblée nationale. Au coeur de l’histoire, il y a le sort du Roi et le surgissement de la République…

Mon avis

   C’est un film long, pour ne pas dire un peu paresseux. Paresseux, parce que sous le couvert d’une période riche et donc difficile à adapter, le réalisateur multiplie les formats sans jamais se poser. Ainsi, on se retrouve à cheval entre une pièce de théâtre, une comédie musicale, un manuel d’histoire et un discours féministe, tout cela empaqueté dans un montage très académique de documentaire découpé par date. Autant dire qu’en 2h, vous avez le temps de sentir l’ennui poindre tant l’absence de cohérence dans la forme a la fâcheuse manie de sortir du film. De plus, pour moi, il y a un décalage entre l’accroche « la liberté a une histoire » et mon ressenti. Le climat est anxiogène et étouffant, les personnages sont enfermés dans leur haine et leur ignorance, et il n’existe aucune mise en abîme sur la violence des mouvements populaires enchaînés à leur idée sanglante du renouveau. Les personnages ne sont par ailleurs pas attachants, les drames qui s’abattent sur eux nous survolent avec une aisance assez déplaisante (je devrais pleurer là, non ?). Je me suis davantage intéressée au roi, cet homme perdu dans une tourmente contre laquelle il ne peut rien, ainsi qu’à cette pauvre croyante isolée au milieu des siens parce qu’elle refuse la mort du roi. A noter que pour moi, la bande-annonce devrait toujours être le reflet du film, parce qu’il ne me semble guère pertinent de monter cette première comme s’il s’agissait d’une fresque romanesque digne des « Misérables » alors qu’on se rapproche davantage d’un projet expérimental un peu trop foisonnant (ceci explique sûrement mon avis tranché ^^). Reste que visuellement, c’est beau et bien mis en lumière, que les costumes sont magnifiques et que les acteurs sont dans leur rôle. A voir si vous aimez les films français au montage expérimental, ou les documentaires sur la révolution française.

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

Venom

225x300Action (1h52) de Ruben Fleischer

Avec Tom Hardy, Michelle Williams, Riz Ahmed…

*Le résumé des cinémas était tellement foutage de gueule, à parler de Spiderman alors qu’il ne se trouve pas dans le film, que j’ai décidé de le faire moi-même.*

La navette scientifique d’un riche héritier, Carlton Drake, s’écrase en Malaisie avec à son bord des formes de vie extraterrestres nommées symbiotes. Y voyant la possibilité de créer des individus mutants capables de survivre dans l’espace, Drake entame des expériences létales pour ses sujets humains. De son côté, Eddie Brock, ancien journaliste qui a tout perdu après une confrontation avec Drake, décide d’entrer illégalement dans le laboratoire du riche héritier afin d’obtenir des preuves sur le danger qu’il représente. Une effraction qui ne sera pas sans conséquence…

Mon avis

  Qui dit adaptation libre d’un antagoniste de comics pour en faire l’antihéros de son propre film, dit difficulté à créer un histoire cohérente en moins de 2h (c’est déjà le cas quand on se contente de copier une histoire, alors…). Si la base est certainement intéressante et que de nombreux fans devaient se réjouir de voir le symbiote à l’écran, il faut reconnaître que le scénario est très mal pensé. A l’image du récent Jurassic World, on sent le doigt du scénariste pour faire avancer l’intrigue, laquelle n’aurait certes pas pris la direction attendue si on avait laissé les personnages évoluer naturellement. Personnages par ailleurs toujours aussi clichés dans le genre du comic ; à l’époque où de plus en plus de femmes s’indignent de la vision que l’on a d’elles, on aurait pu espérer que la potiche de service sorte enfin des sentiers battus et cesse de se comporter comme l’intérêt amoureux qui, bien qu’en couple avec un charmant médecin, préfère toujours le mec chelou qui débarque au restaurant en faisant un scène (on n’est pas du tout prises pour des bécasses). Je ne parle même pas de Venom lui-même, qui change de comportement en court de route, parce que… parce que c’est le héros de son film, donc il faut bien qu’il devienne « gentil » ? Les scènes d’action sont mauvaises avec un découpage épileptique qui finit par donner l’impression d’une bouillie informe (la magnifique bataille finale entre les deux gros tas de pétrole…). Dommage, parce que le ton assez sombre et la personnalité même de Venom auraient pu rendre le sujet bien plus intéressant. A voir si vous aimez les antihéros de comics ou si vous appréciez Tom Hardy.

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

Et vous, qu’êtes-vous allés voir ? 😉

Séparateur 4

Publicités

6 réflexions sur “[Mois Ciné] Octobre 2018

    • bulledeleyna dit :

      Disons qu’il faut laisser de côté son esprit critique pour le voir, parce que le scénario est quand même assez mal fichu selon moi. Mais il paraît que le tournage n’a pas été évident et que même les acteurs sont déçus du résultat final, donc… En tout cas c’est dommage, parce que le côté sombre du personnage avec cette dualité Venom/Eddie était une idée intéressante, mais mal exploitée.

      Aimé par 1 personne

      • OmbreBones dit :

        Oui c’est ce qui m’intéressait principalement dans le projet malheureusement ils se plantent assez souvent quand ils tentent de mettre en scène des anti héros parce qu’ils finissent toujours par devenir « gentil » et rejoindre un peu la bien pensance dominante, c’est frustrant. Du coup je ne me faisais pas trop d’espoirs et ta chronique a assassiné les derniers, yaura du coup aucune déception o/

        Aimé par 1 personne

  1. Antios dit :

    Comment ça ? Moi ? Légèrement en retard ? ^^

    Juste pour dire que je partagerai complètement ton avis, autant pour « Un peuple et son roi » et « Venum ». Pour le 1er film, le point faible du film est le manque de dynamisme. C’est vrai que c’est assez mou. Autre point faible, presque à égalité peut-être avec le 1er, le personnage du roi… vraiment trop en retrait. Il est super attachant en plus ! J’aurai vraiment apprécié que l’on passe plus de temps à ses côtés, à comprendre et saisir son humanité, ses craintes, ses peurs etc… Dommage.

    En ce qui concerne « Venum », il y a vraiment un truc à creuser sur la relation humain/symbiote. Le peu que l’on a eu était vraiment alléchant, intriguant et intéressant (ouais, tout ça à la fois !). Mais rien que de se retrouver dans la peau d’un « méchant » (je met les guillements, car au final il n’est pas si méchant, car pas assez sombre selon moi). J’aurai aimé que Venum soit encore plus sombre, que l’on sente encore plus le conflit humain/symbiote, le conflit corporel, psychique et aussi au niveau de la mentalité (des actions mauvaises que l’hôte n’aurait jamais faites et qu’il est forcé de faire par le symbiote). Il y a vraiment de bonnes choses à faire !

    Aimé par 1 personne

    • bulledeleyna dit :

      Il n’est jamais trop tard pour discuter. 😉

      « Un peuple et son Roi » a carrément zappé la seconde partie de son titre, c’est clair. On ne peut comprendre qu’en sous-texte que le Roi n’était pas mauvais, il a juste été élevé trop loin du peuple pour le comprendre. Il subit son sort par sa naissance. Il était certes « bien né », mais il n’était pas plus libre que son peuple.

      Pour Venom, je pense qu’il est temps que les producteurs assument leurs choix. Si tu prends un méchant de comics pour faire un film, tu fais un film sombre qui respecte la personnalité du personnage. Tu n’édulcores pas les choses sous-prétexte que tu risques de perdre une partie du public avec des limites d’âge.

      Aimé par 2 personnes

      • Antios dit :

        Carrément d’accord ! J’aurai vraiment aimé un film virant dans l’obscurité, bien plus glauque. Je ne sais pas ce qu’il prévoit de faire ensuite… mais c’est clair que leurs buts sont souvent de faire du chiffre, donc faire un truc ni trop glauque ni trop gentillet pour attirer le plus de monde possible. Et c’est dommage ! J’espère qu’ils feront un truc plus sombre sincèrement !

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s