[Chronique in Game] Deiland (Androïd)

   Bien le bonjour, tisseurs et fileuses de la toile virtuelle. Je voulais étendre mes chroniques aux jeux vidéos, tout en restant dans l’état d’esprit de la découverte de jeux ou de créateurs peu connus. J’ai réfléchis un peu, et je me suis dit que c’était finalement sur smartphone/androïd que je pouvais trouver le plus facilement ce type de contenu. Puis, ce sont des jeux souvent gratuits à télécharger, accessibles à la plupart d’entre nous, bref qui peuvent parler à tout le monde.

   Me voilà donc pour cette première chronique in game avec Deiland, du développeur Chibig.

Séparateur 4

 

FICHE TECHNIQUE

  • hqdefault

    Titre : Deiland

  • Développeur : Chibig
  • Support : Androïd/PC/PS4
  • Genre : Aventure, Bac à sable
  • Public : Tout public
  • Saga : Oui (2/?)
  • VO : Anglais
  • Traduction : Français
  • Prix : gratuit sur smartphone
  • Lien : Deiland

Résumé : « Au commencement, quand l’univers était jeune, quatre princes furent envoyés sur les Planètes Mineures. Leur mission était de trouver le Cristal qui était en chacune de ces planètes.
Quand ces Cristaux seraient trouvés, ils réveilleraient d’anciens pouvoirs qui s’étendraient jusqu’aux confins de l’univers, créant ainsi d’autres mondes.
Ceci est l’histoire d’Arco, le plus jeune des princes qui habitait la plus petite des Planètes Mineures : Deiland, la minuscule. »

Séparateur 4

 

MON AVIS

Bulle d'Eleyna Logo 2

   Je vais passer rapidement sur le premier jeu de la saga, qui est une version très simplifiée de ce que vous pouvez trouver sur PC/PS4. Donc oui, ne hurlez pas au scandale en lisant ma chronique, je me base uniquement sur la version pour smartphone.

 

Univers et Personnages

3_deiland

Bienvenue sur une minuscule planète

   Nous nous retrouvons projetés dans un univers inspiré du Petit Prince où le jeune prince Arco, seul sur sa minuscule planète, doit tout simplement se créer son petit coin de paradis. Mais les choses ne sont pas simples, car Arco ne débarque qu’avec une tente et à peine de quoi se créer un marteau. Autant dire qu’il va mettre un certain temps à construire sa maison de rêve.

   Même s’il s’agit d’un petit prince débrouillard, Arco n’est pas vraiment un personnage attachant, la faute à un manque sérieux d’interactions avec son environnement. A peine vous dit-il que ce n’est pas le moment de faire cette action, ou précise-t-il qu’il a de la visite. Visites qui se résument à des marchands venus vendre des babioles pas spécialement indispensables. Il aurait été agréable de pouvoir échanger avec eux, d’apprendre à les connaître, d’autant qu’il est seul sur sa planète, notre Arco ! En l’état, on ne sait finalement rien des personnages ou de l’univers, ce qui est bien dommage.

 

Jouabilité et Scénario

   Le jeu est ce que l’on nomme un bac à sable, à savoir un bout de terrain sur lequel il faut prélever ses ressources pour ensuite fabriquer des outils, construire des bâtiments, élaborer des recettes. Les tâches sont liées à des contraintes de temps qui se verront réduites à mesure que vous améliorerez vos outils. Mais il est vrai qu’attendre 30 secondes entières qu’Arco finisse de labourer son champ pourra en rebuter plus d’un, surtout que toutes les tâches sont comme ça.

    Contrairement à la plupart des jeux du genre, vous n’avez pas de limites de stockage pour vos ressources, le jeu estimant que vous mettez toutes vos trouvailles dans votre demeure (et la planète est tellement petite, qu’en terme de cohérence, ça se tient ^^). Une bonne chose, quand on sait qu’il faut casser et accumuler une masse de cailloux pour obtenir une matière si rare qu’on en saute de joie au moindre éclat : le métal. Autant dire que c’est la seule réelle difficulté du jeu, une rareté qui poussera probablement certains à passer par le stade boutique en ligne (avec du vrai argent donc).

    Votre petite planète aura parfois de la visite. Des marchands qui se contenteront de vous vendre ce que vous obtenez vous-mêmes assez facilement (pas de métal, hein, ce serait trop facile ^^), mais aussi des monstres qu’il vous faudra combattre avant de pouvoir reprendre vos tâches quotidiennes. Très simple, le système consiste à taper sur le monstre et attendre que sa barre de vie descende. Plus tard dans le jeu, vous obtenez une baguette qui vous permet de lancer des sorts à distance, ce qui limite vos propres dommages corporels. Car oui, vous prenez aussi des dégâts. Pas de panique, si vous perdez, les monstres se contenteront de vous piller avant de repartir tranquillement. Vous pouvez aussi restaurer votre vie auprès d’un feu ou en mangeant vos récoltes.

    Pour palier à l’absence de scénario, on vous propose d’accomplir des « souhaits », autrement dit des tâches afin d’obtenir des cristaux, utiles à réduire le temps d’action ou à lancer des sorts. Ainsi par exemple vous demandera-t-on de tuer 3 monstres ou pêcher un poisson pour avoir des cristaux. Comme c’est ce que vous faites déjà au quotidien, il s’agit avant tout d’une forme ludique de motivation plus que d’une nécessité, d’autant que les cristaux s’obtiennent eux-mêmes assez simplement en dehors de ce système.

    Comme beaucoup de jeux du genre, le côté répétitif des tâches ressort assez rapidement. Passé 2 heures de jeu, vous connaissez déjà tout le gameplay et n’apprendrez plus grand chose par la suite. Deiland s’adresse donc principalement aux fans du genre, à ceux qui aiment prend leur temps pour construire et qui privilégient les activités pas trop stressantes. Ceux qui, comme moi, aiment avoir un minimum de scénario, seront davantage déçus par le manque d’évolution au fil du jeu.

 

Graphisme et Musique

2_deiland

Les graphismes sont tout en rondeur

   Le jeu est assez mignon, ce qui semble être une marque de fabrique du développeur plutôt orienté jeunesse. On retrouve ainsi une imagerie colorée très en rondeur, avec une 3D adaptée au smartphone pas trop gourmande en terme de puissance. La planète est malheureusement petite, on en fait vite le tour, et on obtient très peu de nouvelles ressources pour modifier la végétation, ce qui est dommage car on manque rapidement de nouveautés visuelles. Seuls les monstres venus vous envahir changeront un peu d’aspect, à moins que vous ne preniez goût à planter des forêts pour totalement les raser juste après.

   La musique est un fond sonore si faible qu’elle m’a presque semblé absente. J’entends davantage Arco piocher que les quelques notes de musique qui peuvent parfois ressortir. C’est encore une fois un peu dommage, car ça donne une impression un peu vide au jeu, même si c’est toujours agréable d’entendre le feu crépiter.

 

Installation et Fonctionnement

   Le jeu est téléchargeable gratuitement et ne demande pas l’accès à la totalité de votre smartphone, contrairement à certains jeux qui doivent voler vos données (pourquoi sinon vouloir avoir accès à notre répertoire…). Il n’est pas très lourd, environ 110 Mo, et tourne sans problème sur un smartphone basique. De plus, il se joue sans connexion internet, ce qui est toujours bien quand on est en déplacement.

   Sincèrement, pour ce qu’il y a à y faire, le jeu se passe très bien du système pay to win, puisque personnellement, j’y ai joué sans connexion. Mais si vous voulez un peu d’aide, il existe le principe de publicité qui apparaît lorsque vous êtes connectés. On vous propose parfois de regarder une publicité afin de multiplier vos trouvailles. Pourquoi pas, c’est toujours moins gênant que de payer les presque 2 euros pour obtenir un pack de métal (denrée rare, on vous dit ^^).

   Petit point sur lequel je voulais insister, le jeu est traduit dans une demi-douzaine de langue et la traduction française est bonne, chose assez exceptionnelle dans ce type de jeux pour être soulignée. On sent qu’ils ne sont pas juste passés par google traduction.

 

Conclusion et Avis général

    Lorsqu’il est question de gratuité sur smartphone, on doit s’attendre à un jeu assez simple dans son fonctionnement. Doté d’un visuel sympathique, il ravira les fans de jeux type bac à sable qui ne demandent pas trop d’investissement personnel. Il lassera probablement ceux qui apprécient un minimum de scénarisation des tâches. Mais il paraît que le jeu est bien plus complet sur PC et PS4, alors, peut-être faut-il y voir une forme de mise en bouche ?

 

Alors, envie d’aider le prince Arco à construire sa maison ? 😉

Séparateur 4

haut de page

Publicités

4 réflexions sur “[Chronique in Game] Deiland (Androïd)

    • bulledeleyna dit :

      Merci. Je me suis dit que c’était aussi un bon moyen de m’exercer avant d’envisager des jeux plus ambitieux à chroniquer. J’aimerais bien parler des scénarios et de l’univers de certains rpg, qui peuvent être aussi riches que dans un livre et qui sont, après tout, du travail d’écriture.

      Aimé par 1 personne

Répondre à bulledeleyna Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s