[Mois Ciné] Août 2018

Aujourd’hui, nouvelle chronique des nombreux films visionnés durant le mois d’août. Au programme, de l’action et du dépaysement.

(Alpha – Darkest Minds : Rebellion – Detective Dee : La Légende des Rois Célestes _ Equalizer 2 – Mission Impossible : Fallout – Papillon)

Séparateur 4

Alerte : avis totalement subjectifs en perspective et fortes probabilités de spoilers. 😉

 

Alpha

8150e6c0ccf00fbbb04242668c1fed7dAventure de Albert Hughes

Avec Kodi Smit-McPhee, Léonor Varela, Natassia Malthe

En Europe, il y a 20 000 ans, durant l’ère Paléolithique supérieur, un jeune homme part braver une nature dangereuse et inhospitalière afin de retrouver le chemin de sa tribu.

Mon avis

   Alpha est un conte, une légende, une histoire fantaisiste pour émerveiller les adultes. N’y voyez rien d’autre et ne venez surtout pas le voir en quête d’action, vous en sortiriez plutôt déçus. L’histoire, c’est celle imaginaire du premier homme qui parvint à dompter un loup. Belle morale, on pourrait presque croire que c’est destiné aux enfants. Mais non, les codes visuels et le manque de dialogues nous confortent dans l’idée que l’on s’adresse aux adultes. D’ailleurs, un enfant peinerait certainement à comprendre que la culture des hommes préhistoriques dépeinte dans ce film n’est guère réaliste, tout comme les situations un peu tirées par les cheveux. Même si on peut croire que des loups et des hommes ont pu s’allier dans certaines circonstances, il est peu probable que ces premiers soient devenus des chiens dès la première génération. Mais il s’agit d’une légende, le film l’indique dès son prologue, narré par un conteur qui évoque la valeur d’un homme à reconnaître de potentiels alliés. La suite est ponctuée d’images sans lien avec l’histoire, tel qu’un volcan en éruption ou une éclipse solaire, des effets visuels dont on peut se passer, mais qui ramène au côté onirique du conte. Pour compléter l’aspect visuel, j’évoquerai la surabondance de créatures de synthèse, trop visibles dans un environnement naturel, ce qui est bien dommage. A voir si vous aimez les histoires aux allures de contes ou si vous aimez la période préhistorique.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Darkest Minds : Rebellion

bb2227fca57a7df3216d5b2434ccd1da

Fantastique de Jennifer Yuh Nelson

Avec Amandla Stenberg, Harris Dickinson, Patrick Gibson, Skylan Brooks, Mandy Moore

Alors que des adolescents se mettent à développer de dangereuses facultés, le gouvernement décide d’adopter des mesures radicales pour les emprisonner, les considérant comme une menace incontrôlable. Ruby, l’une des plus puissantes d’entre eux, parvient à s’échapper du camp où elle est retenue pour rejoindre un groupe de jeunes en fuite à la recherche d’un refuge. Rapidement, cette nouvelle famille réalise que fuir ne suffira pas dans un monde où les adultes au pouvoir les ont trahis. Ils devront mener une puissante rébellion, unissant leur pouvoir pour reprendre le contrôle de leur avenir.

 

Mon avis

   Nouvelle série littéraire Young Adult à voir son adaptation sur grand écran, l’histoire n’échappe pas aux écueils du genre. D’ailleurs comme beaucoup d’intrigues évoluant dans un univers post-apocalyptique/dévasté sous une forme ou une autre, les éléments de base sont plutôt alléchants. Et comme dans la plupart des intrigues du genre, ceci est très rapidement mis au second plan pour nous parler de l’adolescence en général, des premiers émois en particulier. Vous l’aurez compris, la mise en avant du couple que forment Ruby et Liam m’a un peu agacée, quand j’aurais apprécié davantage le relationnel au sein du groupe entier, cette nouvelle famille qui se créer. D’autant que l’idée d’un road movie, qui change des films à action où le but est d’en mettre plein les yeux à chaque scène, donne une identité propre au film. Certes, beaucoup trouveront cela chiant (c’est tellement mieux quand ça explose de partout), mais l’introspection est selon moi un élément essentiel à toute oeuvre qui s’adresse aux adolescents. Je passe sur l’échelle de couleurs qui selon moi a une mauvaise interprétation (c’est une échelle de rareté, pas de dangerosité), sur le manque d’explications concernant les pouvoirs, l’absence de leur usage en dehors des enfants en fuite et l’idée hyper récurrente du genre comme quoi les adultes, c’est tous des gros méchants profiteurs (c’est sûr que si ça devait arriver cette histoire, on voudrait absolument tous en faire des enfants soldats, n’est-ce pas ?). A voir si vous aimez les histoires fantastiques pour adolescents ou si vous aimez les codes de couleurs. ^^

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Detective Dee : La Légende des Rois Célestes

84cfe5f902813ad4385ee7b119371846

Fantastique de Tsui Hark

Avec Mark Chao, Lin Gengxin, Carina Lau, William Feng, Ma Sichun, Ethan Juan, Chien Sheng, Yang Yiwei, Xu Ming-hu

Une vague de crime perpétrée par de mystérieux guerriers masqués terrifie l’Empire de la dynastie des Tang. Alors que le Detective Dee se retrouve en charge de l’enquête, ses découvertes prennent vite une tournure surnaturelle. Les sculptures du palais impérial prennent vie et les quatre rois célestes sont plus menaçant que jamais… Il se pourrait bien que le Detective Dee soit confronté à son plus grand défi, alors même qu’il doit faire face aux accusations de sa pire ennemie, l’impératrice Wu.

Mon avis

   Troisième volet et… un de trop ? Déjà, je ne comprends pas le titre qui parle de rois célestes qu’on ne voit que dans une seule et unique scène et qui ne servent qu’à celle-ci. Bon c’est un détail, mais il s’ajoute à une réelle déception sur l’ensemble du film. J’avais bien aimé les deux premiers films de la franchise, j’étais donc enthousiaste à l’idée de visionner celui-ci. S’agissant d’une oeuvre chinoise, il faut bien entendu s’attendre au côté très théâtralisé des scènes, aux actions aériennes et chorégraphiées, aux expressions excessives et aux intonations surjouées. C’est ainsi, ça fait partie du charme du cinéma chinois. Mais ici, j’ai vraiment eu l’impression d’avoir la caricature de ce cinéma. j’ai notamment eu des difficultés avec l’explication de l’explication de la scène, genre on te répète trois fois une information pour être sûr que tu as bien compris. Sauf que l’intrigue n’est pas vraiment compliquée et qu’on se lasse vite d’être pris pour des idiots. Les personnages plus caricaturaux que dans les précédents volets m’ont gênée, notamment dans la représentation du personnage féminin, aventurière et donc violente en amour (on inverse les rôles, toutes les associations féministes hurlent à la femme battue, mais pour un homme, ça passe). J’ai eu cette impression d’américanisation de la franchise avec un scénario beaucoup moins porteur et un investissement massif dans les effets spéciaux. Dommage, parce que Dee est un excellent personnage, mais il était plutôt secondaire dans ce troisième volet. J’imagine néanmoins que certains seront ravis de le retrouver. A voir si vous aimez le cinéma chinois ou les enquêtes un peu loufoques dans un environnement asiatique médiéval.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

e82b743f1be35cf24ab801613d3dfc2fEqualizer 2

Thriller de Antoine Fuqua

Avec Denzel Washington, Pedro Pascal, Ashton Sanders, Bill Pullman, Melissa Leo

Robert McCall continue de servir la justice au nom des exploités et des opprimés. Mais jusqu’où est-il prêt à aller lorsque cela touche quelqu’un qu’il aime ?

Mon avis

   Le retour de Denzel Washtington dans son rôle d’ancien tueur du gouvernement devenu chauffeur de taxi qui se venge allègrement au nom de personnes qui n’ont rien demandé… Ou comment promouvoir la violence sous prétexte qu’elle sert à aider des gens qui se font agresser. Ce qui est dérangeant avec ce type de personnage, comme souvent dans le genre, c’est ce double discours qui, d’un côté condamne les actes de barbarie et promet le châtiment mérité à ceux qui les ont pratiqués, de l’autre montre la totale impunité du protagoniste à pratiquer des actes de torture sans se remettre en question. En vérité, c’est un sujet qui pourrait être intéressant si seulement il était traité dans le but de se poser la question : qu’est-ce qui justifie la violence, qu’est-ce qui nous différencie de celui que l’on condamne pour des actes similaires ? Dans le cas de ce film, c’est extrêmement simple, il s’agit du temps à l’écran donné au « héros ». Ainsi, il est possible de le voir dans sa vie de tous les jours et de comprendre qu’il cherche à aider les gens (plus ou moins violemment). Mais l’antagoniste, celui dont on ne voit qu’un seul aspect de sa vie quotidienne, à savoir sa famille, qui nous dit qu’il n’est pas aussi un bon samaritain en dehors de son travail de tueur à gage ? Parce que niveau sadisme dans le temps pris pour achever les gens, ils sont certainement au même point. Le film se laisse néanmoins regarder si on ne se pose pas de question morale, le rythme est bon, on retrouve quelques essais de plans qui diffèrent du reste (qu’on appréciera plus ou moins selon qu’on trouve cela trop insolite tant c’est ponctuel). Il est aussi assez agréable de ne pas voir les gros doigts du réalisateur pointer les éléments à retenir. Ainsi par exemple certains détails expliquant la fin se trouvent dans le fond sonore. A voir si vous aimez les films de vengeurs de l’ombre ou les similis discours de rédemption.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Mission Impossible : Fallout

2e5e27407f21297dbc0963d8f0bcd735

Action de Christophe Mcquarrie

Avec Tom Cruise, Rebecca Ferguson, Henry Cavill

Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous… Dans MISSION  IMPOSSIBLE : FALLOUT, Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF : Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

 

Mon avis

   Honnêtement, je n’ai pas vu les 2h30 passer. Pourtant, ce n’est clairement pas le scénario, assez convenu, qui m’a tenu en haleine. Je doute en effet que beaucoup de spectateurs soient surpris par les révélations concernant l’identité de l’antagoniste tant le montage insiste sur des éléments flagrants de sa culpabilité. Je doute aussi que beaucoup aient une montée d’adrénaline lors du climax, par ailleurs dédramatisé par les personnages eux-mêmes qui se moquent ouvertement de la franchise (la fameuse « dernière seconde »). Comme dans la plupart des films de genre, l’antagoniste, grand cerveau machiavélique craint de tous avant le début du film, manque cruellement d’intelligence une fois Hunt en scène, si bien qu’on se demande pourquoi on n’a jamais su le capturer avant (comme souvent). Le hasard fait bien les choses, il est toujours du côté des alliés de Hunt (ce monde merveilleux où il y a toujours une caisse à mettre sous les pieds des gens qui s’étranglent, pile poil à la taille en plus…), rarement avec les adversaires (elle est pour qui la bonne giclée de carburant brûlant en pleine face ?). Reste que c’est un bon film d’action. Le rythme est prenant, les effets spéciaux ne sont pas voyants comme dans certains blockbusters actuels, l’interaction entre les personnages plutôt intéressant (même si on sent toujours un sous-texte à la gloire de Mr Cruise ^^). A voir si vous aimez les films d’action ou la franchise Mission Impossible.

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Papillon

03da22a59487c2e352472f5eb859a1a1Aventure de Michael Noer

Avec Charlie Hunnam, Rami Malek, Roland Møller

Paris 1930, Henri Charrière (Charlie Hunnam), dit « Papillon », est condamné à la prison à vie pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Il est envoyé au bagne de Cayenne, en Guyane, où il y fera la connaissance de Louis Dega (Rami Malek), un célèbre faussaire. Déterminé à s’évader par tous les moyens, Papillon fera équipe avec Louis, pour trouver le moyen de s’échapper de cet enfer.

 

Mon avis

   Inspiré d’une autobiographie, l’histoire romancée de Papillon (Charrière se serait en réalité inspiré de la vie de ses camarades, exit donc le côté surhomme) a pour but de montrer l’horreur vécue dans les camps de transportation français par tout homme jugé coupable d’un crime. Si l’idée d’adapter une histoire étrangère pour un public américain peut être noble, voir les messages transmis entre détenus écrits en anglais m’a agacée, et le visionnage du générique suggère qu’ils n’ont jamais mis un pied en Métropole ou en Guyane, ce que je trouve dommage. La direction des acteurs n’est pas des meilleures, à moins que ce soit la volonté de faire des gros plans étirés en longueur sur le visage des protagonistes qui accentue un certain malaise. Bien des films sur l’univers carcéral font un réel effort concernant les changements physiques et psychologiques des personnages, ici on verra Charlie Hunnam rentrer le ventre pour inventer une pseudo maigreur à sa stature musculeuse. Quand à la psychologie, elle n’a pas changé d’un poil (aucune séquelle de ses années d’isolement, mais le vrai Papillon n’a jamais eu autant de peines d’enfermement… difficile d’imaginer à quoi ressemblerait un homme réellement condamné à tout cela). Reste que le film est imaginé comme un drame hollywoodien, vous retrouverez donc tous ce qui en fait le « succès », avec le héros au grand cœur plein de vertus, l’environnement sombre et violent, les mésaventures rocambolesques jouant de malchance, les gardiens toujours immondes et cruels envers le protagoniste. En cela, ça se regarde comme n’importe quel autre film du genre, c’est un bon divertissement ; pour la morale sur de tels lieux de détention, on s’orientera vers autre chose. A voir si vous aimez les biographies romancées ou les héros déjouant la violence de l’univers carcéral.

 

Et vous, qu’êtes-vous allés voir durant vos vacances ?

Séparateur 4

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s