[Mois litté] Les 10 œuvres imaginaires de mon adolescence

   Pour ce [Mois litté], j’ai décidé de vous parler des 10 œuvres de SFFF qui ont marqué mes lectures d’adolescente.

   Je ne vous donnerai pas d’avis sur ces ouvrages, mais plutôt pourquoi ils font partis des livres qui resteront estampillés livre de ma jeunesse. D’ailleurs, pour vous les présenter, j’ai conservé la couverture de l’édition que j’avais acquise alors, vous me direz ce que vous en pensez (pour les résumés, j’avoue ne pas avoir cherché la version d’antan, si éventuellement celle-ci variait). 😉

   A noter que j’en parle avec mon souvenir d’alors, j’en ai relu très peu depuis (je relis très peu de livres en vérité).

 A la croisée des mondes – Philip Pullman

Image associéeScience fantasy

Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans: Lyra vivait, en compagnie de son dæmon Pantalaimon, parmi les Érudits du Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures. Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière – que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises… Jetée au cœur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter.

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que je suis fascinée par les daemons, la Poussière et cette multitude d’univers. Pantalaimon est probablement l’une des créatures métamorphes à avoir longtemps habitées mon imaginaire, et il m’interpellait d’autant plus qu’il est décrit comme une facette de notre personnalité qui évolue en même temps que nous apprenons à grandir. La Poussière, elle, est une force, une énergie, comme il en existe dans beaucoup d’univers de fantasy, mais elle a un aspect palpable, une description presque scientifique, qui la dotait à mes yeux d’alors d’un soupçon de réalisme. Soudain, elle pouvait être autour de nous, dans notre monde. Et pourquoi pas dans d’autres ? 😉

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

EverWorld – KA Applegate

Résultat de recherche d'images pour "everworld"Low fantasy

Il existe un monde que personne ne connaît, que personne n’imagine. Bienvenue à EVERWORLD, le pays d’où l’on ne revient pas…

A LA RECHERCHE DE SENNA

Senna est belle, intelligente, mais différente. Inexplicablement différente. Lorsqu’elle est entrainée dans l’univers parallèle d’Everworld, ses amis, David, Christopher, Jalil et April, décident pourtant de la suivre et de partir à sa recherche. Ils pénètrent alors dans un monde de cauchemar où, pour survivre, ils doivent affronter des hordes de guerriers vikings, échapper aux sacrifices aztèques et aux griffes du légendaire dragon Nidhoggr… Un monde où les divinités mythologiques vivent sous la menace d’une créature extraterrestre toute puissante : Ka Anor, le « dévoreur des dieux ».

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que j’ai aimé le mélange des mythologies et des légendes regroupées en un même univers. Il s’agissait de l’une de mes toutes premières lectures où autant d’univers distincts se retrouvaient mélangés au sein d’un récit. Voir des adolescents rencontrer aussi bien le roi Arthur que des divinités de toutes les anciennes mythologies ou des extraterrestres avides de savoir capables de réinventer des concepts humains à partir d’un simple manuel scolaire, cela avait quelque chose de fascinant, de différent en comparaison des autres récits d’alors, d’autant que tout cela était mêlé à des références de notre monde, notre quotidien. Et puis, les personnages étaient loin d’être parfaits, entre l’intello avec ses TOC et l’amuseur en titre plutôt raciste (je ne parle pas de la peste de service, elle reste un classique ^^).

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Harry Potter – JK Rowling

Résultat de recherche d'images pour "harry potter couverture"Low Fantasy

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant nommé Hagrid,vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, une école de sorcellerie ! Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry se révèle un sorcier doué. Mais quel est le mystère qui l’entoure ? Et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ? 

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que j’ai grandi en même temps que Harry Potter. C’est un classique du genre, et bien des gens vous feront la réflexion, et pourtant c’est vrai. J’ai lu le premier tome vers mes dix ans, et le dernier est sorti alors que je finissais le lycée. Autant dire qu’on place une partie de soi dans ce type de cycle où chaque personnage évolue au même rythme que ses propres camarades. Même si en grandissant, j’ai perdu un peu d’innocence et que je commençais (déjà) à analyser plus sérieusement le récit (mais pourquoi il fait ça, lui ! ^^), Harry Potter restera LE cycle de fantasy de mes années collège et lycée.

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Histoires extraordinaires – Edgard Allan Poe

Image associéeFantastique

Baudelaire avait raison : ces nouvelles sont extraordinaires. Un homme atteint la lune en ballon, un autre transforme en or les vils métaux, les morts apparaissent pour entraîner les vivants au tombeau, les malédictions s’accomplissent. Edgar Poe était fasciné par le rêve, le spiritisme, la métempsycose mais aussi les sciences. Il a créé un monde irréel d’autant plus envoûtant que le fantastique est peint avec logique et minutie. Cet écrivain américain ressentit toute sa vie la perversité qui existe en tout être. L’homme est sans cesse et à la fois homicide et suicide, assassin et bourreau. « Edgar Poe a emprunté la voie royale du grand art. Il a découvert l’étrange dans le banal, le neuf dans le vieux, le pur dans l’impur. Voilà un être complet », disait Valéry. 

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que c’est le seul auteur de fantastique lu dans ma scolarité dont je me souvienne. La justification peut vous paraître dérisoire et pourtant… De mes lectures en classe, je n’ai souvenir que de classiques, Germinal, Les Misérables, Roméo et Juliette, Les disparus de Saint-Agil (bon, j’avoue, je l’ai bien aimé celui-là ^^)… Poe, ça a été un petite parenthèse dans le fantastique et l’horreur. Une toute petite, mais indélébile. Oui, même Kafka, je ne m’en souviens pas vraiment (n’en déplaise à certains).

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

La Moïra – Henri Loevenbruck

Image associéeFantasy inspirée des légendes celtiques

XIIe siècle, une jeune fille, nommée Aléa, va un jour, lors d’une triste errance, trouver une bague, celle d’Ilvain le Samildanach, membre sans doute le plus puissant du Conseil des Druides de Gaelia. Cet objet lui confère des pouvoirs qui vont la plonger dans les intrigues de l’île où elle vit. Elle rencontrera un druide, Phélim, qui la conduira à travers maintes aventures. Elle s’accompagnera aussi dès le début de ses aventures d’un nain, Mjolln, qui depuis l’assassinat de son épouse vit au jour le jour. Après qu’Aléa l’a défendu contre des bannis, il décide lui-même de la protéger. Le combat du bien contre le mal continue à travers cette trilogie où se mêlent des combats avec toujours une touche d’amour et de tendresse.

Pourquoi cette oeuvre :

Parce qu’Aléa était l’une des premières héroïnes fortes rencontrées dans mes lectures. En vérité, en jeunesse, on s’aperçoit qu’il y a eu des héroïnes bien avant que cela se propage à la littérature adulte. Aléa n’était pas la seule, mais contrairement à la plupart de ses comparses issues souvent de mondes similaires à notre époque actuelle (avant d’être projetée dans d’autres), elle vivait dans un vrai monde médiéval à culture celtique, un monde d’hommes où la vie est bien plus difficile et où la technologie n’est pas présente pour pallier certains problèmes. Et puis, il y a Mjolln, évidemment, et la louve Imala, un animal qui m’a toujours fasciné.

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

La nuit des temps, Le grand Secret, et Ravage – René Barjavel

Résultat de recherche d'images pour "barjavel france loisirs roman extraordinaires"Science-Fiction

Dans l’immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace…

Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ? « La nuit des temps », c’est à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d’amour passionné.

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que Barjavel restera à jamais l’auteur rattaché à mon papa. Il n’y a pas plus simple que ça. Je l’ai découvert par son intermédiaire, notamment La nuit des temps, une histoire d’amour à travers le temps qui fascine autant par la capacité de communication mise en place que par la possibilité d’entrevoir une société avancée qui aurait vécu bien avant nous. Le grand secret met en garde contre les dangers de la quête de l’immortalité, Ravage contre ceux de notre dépendance à la technologie. Il n’y a pas à dire, ces récits conservent tout leur sens, bien des années après leur parution.

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

La trilogie des elfes – Jean-Louis Fetjaine

Résultat de recherche d'images pour "la trilogie des elfes de jean louis fetjaine"Fantasy arthurienne

Il y a bien longtemps, avant même Merlin et le roi Arthur, le monde n’était qu’une forêt peuplée d’elfes et de races étranges dont nous avons aujourd’hui perdu jusqu’au souvenir. Dans ces temps anciens, les elfes étaient un peuple puissant et redouté des hommes.
Voici le récit de leurs dernières heures, depuis la rencontre du chevalier Uter et de Lliane, la reine des elfes. L’histoire d’une trahison et de la chute de tout un monde, d’un combat désespéré et d’un amour impossible.

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que j’ai aimé cette revisite à la fois sombre et merveilleuse de la légende arthurienne. Lliane n’était vraiment pas une elfe comme les autres, à l’époque de ma lecture. Elle avait cette part d’ombre qui tranchait radicalement avec l’image que j’avais de ce peuple. Alors, la voir évoluer dans un univers arthurien, c’était doublement intriguant. D’autant qu’elle n’était pas la seul à avoir un côté ténébreux, l’ensemble des personnages cachaient motivations et autres secrets, et l’équilibre entre les peuples était fragile. Quel dommage que tant de personnes s’empressent de comparer ce récit à celui de Tolkien, il mérite d’être considéré comme une oeuvre  à part entière.

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

La trilogie des fourmis – Bernard Werber

Image associéeRoman animalier

Nous ne sommes pas seuls sur Terre. A côté de nous, à nos pieds, entre nos maisons, vit une autre civilisation. Les fourmis. Elles étaient sur Terre bien avant nous. Il y a plus de 100 millions d’années, alors que nos plus lointains ancêtres ne sont apparus qu’il y a 3 millions d’années. Elles ont su, au cours des siècles, développer leur propre technologie, leur propre agriculture, leur propre architecture, leur propre politique. Mais nous les méprisons juste à cause de leur taille. Un savant génial, le professeur Edmond Wells, a décidé enfin de susciter la rencontre. Le dialogue peut commencer malgré les méfiances et les peurs. Avec le souffle d’une saga aux décors d’autant plus hallucinants qu’ils sont vrais, avec la complexité d’un monde d’autant plus extraordinaire qu’il existe réellement à côté de nous, nous sommes emportés dans les aventures de la fourmi 103 683e. 

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que c’est la découverte d’un genre insolite et d’un auteur tout aussi unique en son genre. La trilogie des fourmis, c’est vraiment le cycle singulier de mon enfance. ça ressemble à de la fantasy animalière, mais les fourmis ne sont pas anthropomorphisées. Tout est expliqué, semble rationnel et logique, si bien qu’en tant qu’adolescent, on se demande si les fourmis ne pensent pas réellement ainsi. Étais-je la seule après cela à contempler les fourmis différemment et à vouloir ma propre fourmilière tout en me disant que ce serait injuste d’enfermer de pauvres bêtes pensantes ? ^^

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Le Seigneur des Anneaux – JRR Tolkien

Résultat de recherche d'images pour "seigneur des anneaux livre"High Fantasy

Aux temps reculés qu’évoque le récit, la Terre est peuplée d’innombrables créatures étranges. Les Hobbits, apparentés à l’Homme, mais proches également des Elfes et des Nains, vivent en paix au nord-ouest de l’Ancien Monde, dans la Comté. Paix précaire et menacée, cependant, depuis que Bilbon Sacquet a dérobé au monstre Gollum l’anneau de Puissance jadis forgé par Sauron de Mordor. Car cet anneau est doté d’un pouvoir immense et maléfique. Il permet à son détenteur de se rendre invisible et lui confère une autorité sans limites sur les possesseurs des autres anneaux. Bref, il fait de lui le Maître du Monde. C’est pourquoi Sauron s’est juré de reconquérir l’anneau par tous les moyens. Déjà ses Cavaliers Noirs rôdent aux frontières de la Comté.

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que j’ai aimé la longue introduction sur les Hobbits et que je ne me suis jamais lassée de ce vaste univers. Non, je ne mens pas, j’ai adoré l’introduction sur les Hobbits. J’étais même fascinée de voir tout ce que l’on pouvait inventer sur un peuple imaginaire. Découvrir un univers aussi vaste, sentir tout le savoir accumulé derrière, comprendre qu’on ne parviendra jamais à tout en connaître, un peu comme notre monde, en fait. Mais avec de la magie, des elfes, des héros épiques. Oui, c’était trop court pour moi, désolée. 😉

 

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

 Tsubasa Reservoir Chronicles – CLAMP

Résultat de recherche d'images pour "tsubasa reservoir chronicle couverture"Fantasy

Dans le pays de Clow, vivent Sakura et Shaolan qui s’aiment secrètement. Shaolan, simple citoyen, vit au sein de la famille royale depuis que son père, archéologue, est mort. Les années passent et Shaolan reprend le travail entamé par son père en explorant les ruines du pays de Clow. Un soir, les deux amis découvrent un étrange blason dans les sous-sols et subissent une attaque ennemie. Une force mystérieuse fait perdre la mémoire à Sakura et les plumes qui matérialisent son âme se dispersent. Pour la sauver, il n’y a qu’un seul moyen : Shaolan doit voyager de dimension en dimension pour retrouver les fragments de mémoire de Sakura.

Pourquoi cette oeuvre :

Parce que c’est l’un des rares mangas que j’ai pu lire et que j’ai une affection particulière pour l’ensemble des personnages. Je ne vais pas mentir, je ne l’ai pas lu en entier, je n’ai jamais lu un seul manga dans sa totalité. Pourtant, celui-ci je l’aimais beaucoup. Cette possibilité de sauter de monde en monde était attrayante, j’étais fascinée par la possibilité de découvrir aussi bien d’autres environnements, peuples, coutumes, que les secrets gardés par chacun des personnages. Et puis, il y avait cette histoire de plumes, ces morceaux d’âmes si puissants qu’ils étaient capables de bouleverser tout un équilibre. De quoi justifier par deux fois cette course entre les dimensions.

Et vous, quelles œuvres ont marqué votre adolescence ? 🙂

Séparateur 4

haut de page

12 réflexions sur “[Mois litté] Les 10 œuvres imaginaires de mon adolescence

  1. Symphonie dit :

    Dans celles que j’ai lues que tu as indiquées : Les Royaumes du Nord, Harry Potter, Histoires extraordinaires, la moira/gallica, le SDA, Tsubasa (mais découverte sur le tard).

    J’ai découvert la Fantasy via le Seigneur des anneaux et la Tapisserie de Fionavar, mais c’est vraiment la Belgariade et la Roue du Temps qui m’ont rendue amoureuse du genre^^

    Aimé par 2 personnes

      • bulledeleyna dit :

        Jamais fini Eragon donc forcément, il ne risquait pas d’être dans la liste. ^^
        Bon après, j’ai lu pas mal de cycles aussi : La trilogie des joyaux, Le secret de Ji, Le royaume de Tobin… Mais ce n’est pas ce qui a eu le plus d’impact dans mon parcours de lectrice. Ceux cités ici ne sont peut-être pas les meilleurs que j’ai pu lire à l’époque, mais ils ont une grande importance dans ma vision de la littérature de l’imaginaire. 🙂

        Aimé par 2 personnes

  2. OmbreBones dit :

    Sympa ce petit top ! Je partage ton avis sur Harry Potter, comme toi j’ai littéralement grandi avec les romans du coup, y’a rien à faire, ça reste spécial dans mon coeur.

    Spontanément je pense directement à Harry Potter pour un tel top mais aussi à Narnia, l’intégrale, que j’ai lue plusieurs fois 🙂

    Aimé par 1 personne

    • bulledeleyna dit :

      Merci. 🙂

      Pour Narnia, je crois n’avoir lu que les trois premier tomes. En même temps, je les ai entamés tardivement, ça a joué sur mon choix d’arrêter cette lecture. Le texte me paraissait un peu trop enfantin en comparaison de ce que je lisais à côté. Mais l’imaginaire exploité était intéressant, je me souviens surtout du premier tome avec le bois entre les mondes. 🙂

      Aimé par 1 personne

      • OmbreBones dit :

        Oui l’ayant lu jeune j’aimais vraiment beaucoup mais si je le relisais aujourd’hui je ne suis pas sûre que la magie prendrait autant :/ Y’a des tomes au-dessus des autres mais la toute fin reste quand même assez décevante.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s