[Chronique Littéraire] Les chroniques de la Faucheuse, Mickaël Druart

   Cette semaine, une courte bulle littéraire pour le Printemps de l’Imaginaire Francophone dédiée aux chroniques de la Faucheuse, de Mickaël Druart.

Séparateur 4

FICHE TECHNIQUE

 

  • Titre : Les chroniques de la FaucheuseLes-Chroniques-de-la-Faucheuse
  • Auteur/Autrice : Mickaël Druart
  • Illustrateur/Illustratrice : Silver
  • Édition : Boz’Dodor
  • Collection : Fantastique/ Bit-Lit
  • Genre : Fantastique, Humour
  • Public : Adulte
  • Cycle : Recueil de nouvelles
  • Pages : 138
  • Parution : Novembre 2017
  • Langue : Français
  • Format : Numérique – Papier
  • Prix :  1,99 euros – 10 euros
  • ISBN : 978-2-37140-093-1
  • Lien : Boz’Dodor : Les chroniques de la Faucheuse

Résumé :  Mortelles, Mortels,

Peu avenante, la grande Faucheuse jouit, depuis la nuit des temps, d’une réputation qui ternit, bien injustement, l’énergie d’hommes et de femmes qui s’évertuent, sans relâche, à prodiguer fauchages et agonies de qualité.

Aussi, je vous prie de bien vouloir prendre connaissance, au travers du recueil qui suit, de leur quotidien, et des rencontres et péripéties qui le parsèment.

Bien à vous,

Josiane Smith, Secrétariat de la grande Faucheuse.

PS : Pardonnez le sentimentalisme de ma secrétaire. Ce livre c’est mon best of, point barre. Vénérez-moi.

Sa macabre majesté, la Grande Faucheuse.

Séparateur 4

 

MON AVIS

Bulle d'Eleyna Logo 2

 

Couverture et Accroche

   La couverture dessinée par Silver arbore volontairement un trait un peu humoristique, tout comme la quatrième de couverture. Une bonne façon de donner le ton du ciment qui lie toutes les nouvelles, à savoir la volonté de la Grande Faucheuse de donner accès à quelques anecdotes de ses archives. Mais pas forcément les histoires elles-mêmes, puisque la majeure partie garde plutôt un ton moralisateur.

   On ne peut pas dire que ces deux accroches ne correspondent pas au recueil, donc, mais peut-être que certains lecteurs qui s’attendent à un contenu totalement humoristique seront un peu déçus. Les autres apprendront quelques leçons de vie et de mort. 😉

 

Prose et Structure

   La prose est simple et fluide, et même si elle use d’un humour qui ne me concerne guère en présence de la Grande Faucheuse, elle a l’élégance d’alterner le style de narration ainsi que le ton entre chaque nouvelle. Vous l’aurez compris, je fais personnellement partie du lectorat qui appréciera davantage les nouvelles un peu moins guillerettes. Non pas que celles usant d’humour soient exemptes de morale, mais j’avoue ne pas accrocher au style de la Grande Faucheuse.

    Concernant la structure du recueil, les nouvelles sont liées entre elles, non par des interludes, comme cela arrive souvent, mais par des notes très courtes de la Grande Faucheuse au début de chaque récit. Elles n’ont pour unité commune ni un personnage, ni un lieu, ni une époque (encore que celle-ci reste relativement moderne quand l’auteur aurait pu jouer avec la possibilité de remonter loin dans le temps), ce qui permet de diversifier les types de récits. Avec une quinzaine d’histoires distinctes, il est probable qu’au moins l’une d’entre elles vous parle.

   A noter que certaines nouvelles parmi les plus longues ne font pas directement référence à l’univers de la Grande Faucheuse (j’en viendrais presque à me demander si elles n’ont pas été écrites avant l’idée du recueil).

 

Personnages et Narrateurs

   La Grande Faucheuse et Josiane sa secrétaire sont les personnages « récurrents » de ce recueil, même si en vérité, ils n’apparaissent pas tant que cela.

   Un peu lassée par sa longue carrière, la Grande Faucheuse est un peu cynique avec les gens qu’elle reçoit, se montrant souvent désobligeante ou narquoise. Elle reste pourtant dotée d’une certaine compassion et use de ses facultés pour le bien de chacune des pauvres âmes qui atterrissent dans son royaume. Peu importe le ton employé, elle donne à chacun une leçon, voire une seconde chance. Y compris à elle-même.

    Josiane est une secrétaire consciencieuse dans son travail. Même si elle trouve que la Grande Faucheuse ne lui est pas suffisamment reconnaissante, elle l’assiste sans rechigner dans sa tâche d’accueillir chaque nouvelle âme, d’aider chaque employé de la mort, voire de remplacer le patron lui-même lorsque celui-ci est en déplacement. Si elle semble être la râleuse de service, elle possède elle aussi certains secrets qui pourraient bien émouvoir les lecteurs.

    Les autres personnages sont principalement des personnes sur leur fin de vie ou en train de découvrir l’après, ainsi que certains « fonctionnaires » du domaine de la Grande Faucheuse. Certains se veulent drôles dans leurs péripéties, d’autres émouvants. La plupart ont quelque chose à enseigner au lecteur sur la vie et la mort, ce qui explique l’assemblage spécifique de leurs histoires au sein de ce recueil. Je pense que certains personnages, comme la petite fille qui voit la faucheuse ou le couple d’amants maudits, devraient plaire à beaucoup de lecteurs. Personnellement, je crois que c’est Sujet N°1/Tommy qui m’aura le plus touchée par sa belle innocence.

 

Univers et Atmosphère

   L’univers dépeint est celui de l’après-mort selon le point de vue plutôt connu de la Mort sous-forme de faucheuse qui vient vous chercher à votre trépas pour vous mener dans l’après. L’après est ici un grand hall d’attente où vous devez faire la queue devant un secrétariat pour savoir ce qu’il va advenir de vous. Sachant que l’Enfer n’existe pas, les punitions pour mauvais comportement s’apparentent plutôt à de mauvais tours de la part du staff de la Grande Faucheuse.

    La particularité de ce secrétariat, c’est qu’il peut désigner certains morts comme agents de la Grande Faucheuse. Ainsi certains se retrouvent-ils à endosser le capuchon noir et à saisir la faux pour servir de guide aux prochains morts. Mais pas seulement, car la Grande Faucheuse a des desseins pour chacun et toutes ses directives ont un but, y compris pour ses employés qui ne sont jamais choisis au hasard.

   Pour bien situer le contexte du recueil, je préciserai que la plupart des morts ne semblent pas plus vieux que le 20e siècle (certains sont dans un futur proche), et que tous viennent visiblement d’un environnement plutôt européen ou nord américain. J’ai l’impression que par ce choix, l’auteur cherchait à donner une impression d’universalité et d’intemporalité à ses histoires, de les inscrire dans une ère moderne et comprise du plus grand nombre, mais sans trop de détails qui permettraient de les ancrer à une période et un lieu précis. Un peu comme les contes et les fables, finalement. Sur le principe, c’est plutôt intéressant, puisque chaque histoire est porteuse d’une morale, j’imagine que ça fonctionnera pour la majorité des lecteurs. Après, certains pourront reprocher que parfois, dans les anecdotes, ce qui est intéressant, ce sont leurs spécificités, les détails qui les rendent uniques et non pas universelles. Quoi qu’il en soit, il y a toujours possibilité de voir plus grand pour un prochain recueil en diversifiant les époques et les origines.

 

Intrigues et Thématiques

    Le recueil décrit différentes façons de rejoindre l’après, selon les connaissances et les actes de la personne de son vivant. Certaines vont ainsi avoir conscience de l’imminence de leur mort et n’auront pas besoin de faucheuse pour traverser. D’autres vont subir la sentence amusée de la Grande Faucheuse en endurant une mort particulièrement grotesque. Certaines belles histoires racontent aussi les secondes chances, notamment pour les enfants qui touchent les agents de la mort par leur innocence.

    Je retiendrai bien sûr l’histoire de Tommy dans Les sept derniers jours d’un immortel, émouvante et désarmante avec ce compte à rebours qui voit défiler les jours d’un être qui ne connait rien de la vie et qui en profite, finalement, bien mieux que la plupart des hommes. Je garde en mémoire aussi le joli écho de La petite fille qui a fait pleurer la Mort et de La vieille dame qui a fait pleurer la Mort ; il ne s’agit pas de mes nouvelles préférées, mais j’ai trouvé le principe intéressant. Enfin, je retiendrai La fabuleuse histoire du Phénix, peut-être parce que c’est la dernière du recueil, peut-être aussi parce qu’elle semble sortir un peu du cadre plus « urbain » de l’ensemble, en nous emmenant sur un navire d’explorateurs armés de sabres (même si les termes du type « un navire d’un autre temps » confirment bien l’action dans une époque moderne).

 

Conclusion

    Le recueil use de l’humour de la Grande Faucheuse pour donner des leçons sur la vie et la mort, la beauté de l’innocence et de la créativité. Chaque vie est unique et mérite d’être pleinement vécue. Chaque mort est un passage que nous devons emprunter sans le moindre regret. Si vous êtes sensibles à ce genre de discours, alors le recueil est fait pour vous.

 

Envie de savoir ce qu’il se passe après la mort ? 😉

Séparateur 4

UN APERÇU D’AILLEURS SUR

Les Chroniques de la Faucheuse ?

blog-2151307__340

N’hésitez pas à faire un tour sur les autres blogs de critiques littéraires pour vous faire un meilleur avis sur le sujet. 😉

Séparateur 4

haut de page

5 réflexions sur “[Chronique Littéraire] Les chroniques de la Faucheuse, Mickaël Druart

  1. OmbreBones dit :

    Intéressant ! En lisant la 4e de couverture j’ai souri en me disant yeah trop bien puis en découvrant ta chronique, j’ai un peu déchanté. Dommage que ça ne reste pas sur le ton de la 4e de couverture :/ Mais bon, à voir quand même ^_^

    Aimé par 1 personne

    • bulledeleyna dit :

      Certaines nouvelles, celles où la Grande Faucheuse est présente, restent humoristiques (mais comme je ne suis pas la plus sensible à son humour, j’avoue que ce ne sont pas celles qui m’ont marquée). Finalement, je pense que ce n’est pas une mauvaise chose que le ton alterne d’une histoire à l’autre. Cela permet aussi de voir les différentes façons dont les gens appréhendent la mort. C’est juste qu’on ne s’y attend pas forcément. 🙂
      En tout cas, je pense que ça se tente, ce n’est pas trop long et ça se lit bien. 😉

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s