[Parangons] Rencontre avec les personnages #1 : Aeryn

   Si vous avez lu ma précédente bulle sur les Parangons ([Parangons] Quand l’idée devint le début d’une aventure…), vous savez que ces fameux guerriers qui donnent leur nom au cycle sont au nombre de sept (oui, sept, ça fait un petit peu plus à retenir que dans une histoire commune). Pour vous les faire découvrir, j’ai décidé de vous les présenter un à un, dans une situation de leur quotidien.

   De plus, j’ai décidé de jouer avec vous.  Vous l’aurez sans doute remarqué, la fiche de personnage est pleine de critères avec des points d’interrogation. Pour découvrir les détails, j’invite chacun à laisser un commentaire et à me dire laquelle de ces sept questions il souhaite poser. Un point par personne, celui du portrait n’étant pour l’instant pas déblocable, car je n’ai pas d’esquisses à vous montrer. Sachez que ce sont les personnages eux-mêmes qui répondront, leurs interventions dépendront donc de leur caractère et de leur aisance en public. 😉

   Pour commencer, honneur aux dames (non, en fait, je le fais juste par ordre alphabétique ^^).

 

Séparateur 4

Aeryn

Portrait  en quelques questions

Aeryn, nous ferez-vous le plaisir de répondre à quelques questions ?

cranium-2028555_960_720.png

  • Un détail physique : Certains disent que j’ai les yeux bleus, d’autres verts, mais je pense qu’il est plus simple de dire qu’ils sont pers, pas vous ?
  • Un trait de caractère : En toute circonstance, j’essaie de m’adapter à mon interlocuteur, même si j’avoue que les miliciens ont parfois tendance à m’irriter.
  • Une origine inavouable : Pourquoi inavouable ? Mes parents sont issus du peuple et j’en suis très fière.
  • Une spécialité guerrière : L’éventail de combat, parce que rien ne vaut un bon revers du poignet. Et un poignard bien effilé, pour cibler les points vitaux.
  • Un talent pas si caché : Un livre de mes recettes ? C’est flatteur, mais pensez-vous que j’ai le temps pour ça ?
  • Une particularité vraiment particulière : Pourriez-vous jeter cette pomme pourrie derrière vous, j’ai une sensibilité respiratoire à la moisissure. Vous risqueriez de devoir m’emmener à la maison de guérison en urgence. Oui, je sais, pour une femme qui aime les fruits de la terre, c’est gênant. Pourquoi croyez-vous que je porte ce foulard en permanence ?
  • Un souvenir de jeunesse : Lorsque j’étais petite, mon père m’emmenait souvent avec lui contempler les champs de ses approvisionneurs. C’est qu’il aime connaître d’où vient le grain qu’il moud, voyez-vous ? C’est auprès de ces amoureux du fruit de leur labeur que j’ai compris l’importance de ce que nous offre la terre. Et c’est auprès de mon père que j’ai appris à magnifier ce présent.

 

Instant de vie

soupir-534525ec

   Les mains dans la glèbe, à caresser l’essence grenée de cette mère nature aussi généreuse qu’exigeante, la Parangon fredonnait quelques mots solitaires. Navet, oignon, fenouil… Graines de lin et belles jacinthes… Perles de rosée sur corolles bleutées… Souffle de vent dans les feuilles de pommiers… Fraises sucrées, endives amères… Terre aimante, vie éphémère…

   Un cri dans le lointain de la forteresse. La Parangon se crispa, le souffle court, la nuque raidie. À ses oreilles s’enchaînèrent exclamations sommaires et rires enjoués. Les jeunes recrues de l’an passé s’amusaient encore de l’immensité du bastion-cité. Qu’ils profitent donc de leur innocence, elle s’estomperait bien assez tôt. Avec le temps, on prenait conscience de l’écho du moindre bruit, l’importance d’un corps alerte, la souffrance d’un instant de doute. Avec le temps, on perdait les occasions de sourire sans raison, de se réjouir des fariboles, de s’encombrer de colifichets. Avec le temps, on cherchait à laver le sang de ses victoires en plongeant ses doigts dans la terre.

Séparateur 4

 

N’hésitez pas à rencontrer les autres personnages :

 

Séparateur 4

haut de page

24 réflexions sur “[Parangons] Rencontre avec les personnages #1 : Aeryn

    • bulledeleyna dit :

      Mais il n’est jamais trop tard. Les Parangons sont bien occupés certes, et ils ne peuvent rester ici en permanence, mais l’envoi d’un oiseau commissionnaire permet de pallier leur absence. 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s