[Clichés de Persos] #1 : Les 10 élèves que vous préféreriez ne pas avoir dans votre classe

   Mise à Jour : suite à la réorientation de mon blog sur des sujets liés à l’imaginaire, j’ai décidé de garder certains articles et de les réemployer à des usages adaptés à l’écriture. Ci-dessous donc, la première liste de clichés de persos. Certes pas très imaginaires, mais qui sait ? Ils pourront peut-être vous servir pour vos propres récits.

   Je pense qu’en tant qu’élève, on a tous plus ou moins eu une idée du type d’enseignants qu’on ne souhaitait pas retrouver l’année suivante. Et bien, pour les professeurs, autant vous dire que c’est exactement la même chose.

 Je vous présente 10 profils d’élèves que j’ai croisés durant ma petite expérience de professeure contractuelle dans un collège de REP, et qui, cumulés au sein d’une même classe, donnent un mélange vraiment explosif.

Je précise qu’il s’agit de mon expérience et que je ne dépeins pas une vérité globale sur les REP, même s’il faut prendre conscience que ce système de « réseau d’éducation prioritaire » accentue les inégalités et entretient un environnement loin d’être idéal pour enseigner et apprendre.

Retour À L'École, Abc, Formation

 

  • Le blasé

 Il ne sait pas pourquoi il est là. Il est couché sur sa table et attend que le temps passe. Quand vous lui demandez ce qu’il a, il vous répond que c’est de votre faute si tout le monde parle, parce que vous êtes nouvelle et que c’est la tradition de pourrir le cours des nouveaux enseignants. Bien évidemment, il refusera d’aller au tableau ou de participer et comme il fait partie des moins turbulents de la classe, vous finirez par le laisser dormir dans son coin, en croisant les doigts pour qu’il ait au moins appris une notion.

 

  • Le bébé

 Il a deux ans d’âge mental et se comporte comme un hystérique incapable de se contrôler. Il chante, il hurle, il imite des animaux en se penchant sur sa chaise, s’amuse à écrire sur sa copie le nom de quelqu’un d’autre, rigole dès que vous avez le dos tourné… En somme, il est clairement là pour s’amuser et rien de ce que vous pouvez dire ne lui fera prendre conscience de la chance qu’il a d’apprendre. Après tout, l’important, c’est de savoir jouer à pokémon go, non ?

 

  • La copine

 À première vue, elle est des plus mignonnes. Pas particulièrement sage, elle répond néanmoins avec politesse, avoue sans complexe qu’elle ne sait pas répondre à une question, obéit aux directives, vous sourit quand vous la regardez. Un ange, direz-vous. Pourtant, rapidement, elle va commencer à parler de sa vie personnelle. Que son papa est formidable, que sa maman fait de bons gâteaux, que son grand frère est déjà en terminale. Et elle va vous poser des tonnes de questions sur votre propre vie. Elle va parler, parler, parler… gentiment, d’une voix posée, avec le sourire, mais sur un sujet qui n’a rien à voir avec la matière. Le problème, c’est que cela devient assez difficile de l’arrêter. Pourquoi ? Parce que c’est l’une des rares personnes qui vous apprécient dans l’établissement, une sorte de petite bouffée d’oxygène dans cet océan de mépris, et que vous n’osez pas vraiment hausser le ton pour la réprimander (même quand ça fait quinze fois que vous lui demandez gentiment de faire son exercice).

 

  • L’hyperactif

 En vérité, il n’est pas du tout actif concernant les cours. Non, lui, il a surtout besoin de bouger. Toujours debout, il passe son temps à aller chercher des crayons auprès de ses camarades, à aller draguer une élève, à se balancer sur sa chaise ou à taper du pied. Il ira cinquante fois prendre son manteau et le reposer, viendra même à votre bureau pour vous parler et pratiquera le chemin jusqu’à la poubelle au moindre bout de papier salissant sa table. Et ceci en vous regardant avec la plus grande indifférence qui soit, même lorsque vous lui demandez pour la centième fois de se rasseoir.

 

  • L’aventurier

 Pour lui, tout est prétexte à l’aventure. Il se proposera pour retourner les bulletins d’absence à la vie scolaire, les distributions de copies, l’escorte des camarades malades ou punis. Il trouvera même de nouvelles excuses, faire des photocopies pour un bout de papier, aller faire signer son carnet au professeur principal qu’il voit juste après, ou plus classiquement, aller aux toilettes cinq minutes après la fin de la récréation. S’il est extrêmement fatigant et se rapproche beaucoup de l’hyperactif, il a au moins le mérite d’être toujours (ou presque) de bonne humeur. Car il le sait parfaitement, il y a toujours une occasion de bouger.

 

  • L’arrogant

 Il a la moyenne, contrairement à ses camarades, il se rappelle vaguement le programme de l’année passée, contrairement à ses camarades, il est capable de lire un énoncé, contrairement à ses camarades… Bref, il ne fait rien d’exceptionnel, mais parce qu’il se compare aux autres élèves de SA classe, il pense qu’il est « au-dessus de la norme ». Et forcément, il prend le melon. Un gros melon, qui l’immunise contre la réflexion ou le travail. Travailler ? Pour quoi faire, il sait déjà tout. Réfléchir ? Nul besoin, il connait la réponse. Et peu lui importe si vous lui dites que sa réponse est inexacte, c’est juste vous qui n’avez rien compris.

 

  • La petite peste

 Elle arrive en retard en vous jetant un sourire méprisant, vous répond avec un « QUOI ! » retentissant dès que vous l’appelez, garde sa capuche sur sa tête et ne sort pas ses affaires de son sac. Clairement, dès la première rencontre, vous savez que vous n’arriverez à rien avec elle. De toute façon, elle veut devenir la prochaine Lady Gaga, alors elle se contente de se recoiffer et de tester son niveau de popularité auprès de ses camarades masculins. Apprendre, pour quoi faire ?

 

  • Le filou

 C’est celui qui se rangera dès le premier jour de votre côté. Il vous aidera à faire l’appel, à distribuer les copies, à maintenir un semblant d’ordre. Un leurre. Très rapidement, il tentera de profiter de vous, vous rappelant son aide précieuse afin de s’octroyer des droits parfois bien surprenants (sortir pour x prétextes, faire un mot de bonne conduite pour que son papa lui achète un scooter…). Si vous refusez son marché, le filou le prendra très mal et se retournera aussitôt contre vous. Il vous accusera de tous les maux, entretiendra la cacophonie dans la classe et vous fera clairement comprendre que c’est de votre faute si personne n’apprend rien dans votre matière. Bref, vous avez face à vous un manipulateur en puissance.

 

  • Le perturbateur

 C’est le plus souvent le leader de la classe. Il ne veut rien faire et passe son temps à défier votre autorité. Il vous nargue, se moque de vos haussements de voix, de vos mots dans le carnet, de vos devoirs supplémentaires. Il n’a pas spécialement de respect pour vous, néanmoins, il reste impressionné par une figure d’autorité, celle de ses parents. Aussi, lorsque vous le menacez d’exclusion, il commence à s’adoucir. Certes, il ne fera pas d’effort pour suivre en cours, mais au moins, vous arrêterez de lui hurler dessus.

 

  • La racaille

 Contrairement au perturbateur, lui n’a peur de rien. Mais vraiment rien. Il vous insulte de face, vous signifie qu’il ne s’excusera pas, peu lui importe les conséquences. Il n’est pas spécialement violent, mais il n’a pas le moindre respect pour vous et si vous allez trop loin selon ses critères, vous pouvez sérieusement le regretter, car il peut avoir un curieux effet sur l’ensemble de la classe (votre cours est alors irrécupérable, vous n’avez plus qu’à sortir un livre et attendre que le temps passe). Avec lui, mieux vaut interagir avec la plus grande prudence.

 

Bonus : Celui que vous voudriez bien voir

  • Le porté disparu

 Vous ne l’avez jamais vu. On vous affirme qu’il a un emploi du temps aménagé. N’empêche, vous auriez bien aimé qu’on vous prévienne, parce qu’en attendant, vous ne savez toujours pas si vous êtes responsable de cet enfant fantôme.

 Autant vous dire qu’avec tous ces élèves dans une même classe, il devient très difficile d’enseigner. Et la journée devient longue, très longue… Alors lequel pourrait être l’un de vos personnages ? 😉

Séparateur 4

haut de page

Publicités

6 réflexions sur “[Clichés de Persos] #1 : Les 10 élèves que vous préféreriez ne pas avoir dans votre classe

    • bulledeleyna dit :

      Merci pour ton commentaire.
      C’est bien vrai. Malheureusement, la pédagogie adaptée n’est pas toujours innée et lorsqu’on n’a pas suivi un cursus spécialisé dans l’enseignement, on peut se retrouver rapidement débordé (surtout si on est « lâché » sans aide). Mais oui, effectivement, ça donner de la matière à quelques histoires. 🙂

      Aimé par 1 personne

    • bulledeleyna dit :

      Malheureusement, je crois que c’est un reflet de la société actuelle. Les gens ont de moins en moins de respect pour les autres. Heureusement, ils existent aussi de nombreuses personnes qui aiment écouter et partager. 🙂

      J'aime

  1. Kitkat dit :

    Et quand les 10 se regroupent en un…et que tu n’as que 7 élèves dans ta classe mais tous atteint d’une schizophrénie non diagnostiquée qui fait que tu peux avoir soit 10 perturbateurs ou 10 bonnes copines en 1 heure de cours

    Aimé par 1 personne

    • bulledeleyna dit :

      Et bien… tu fais en sorte que la schizophrénie ne se déclare pas non plus chez toi. 😉
      Non, c’est vrai qu’ils peuvent changer rapidement de comportement. Le filou, par exemple, peut être aussi bien le « copain » que le perturbateur. Tout dépend de ses besoins du moment…
      C’est pour cela qu’il faut une pédagogie adaptée et qu’il serait nécessaire d’avoir une formation avant de nous larguer dans un collège de REP.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s